Déconfinement : sauna, bars, associations…la vie lgbt reprend en Normandie. La suite du calendrier.

Le processus de déconfinement s’achève. Après 55 jours de restrictions, la population a pu circuler librement. Enfin presque. Par chance, la Normandie reste en zone verte. Ainsi les bars et les associations ont vite repris leurs activités. Mais il n’en va pas de même pour les saunas et les discothèques. Gayviking fait le point sur la situation et vous présente le calendrier des prochaines semaines pour la vie LGBT dans notre région. Enfin, quelques conseils pour vos rencontres…

Personnes avec masques, déconfinement
(photo de Kate Trifo d’Unsplash)

Bars, restaurants… ouverts depuis le 2 juin

Commençons par les bonnes nouvelles. Depuis le 2 juin, les bars et restaurants sont de nouveaux ouverts. Des mesures sanitaires sont mises en place pour respecter la distanciation sociale. Des tables espacées, port du masque dans les allées ainsi que pour le personnel… Les établissements se sont adaptés plus ou moins facilement. Quand c’est possible, les mairies autorisent provisoirement l’extension des terrasses.

Résultat : les clients reviennent tranquillement. Ce n’est pas encore la folie des grands jours d’avant, mais les bars revivent. Yves, un client du bar le Milk à Rouen, nous dit être soulagé et ravi de boire une petite pression. « Je suis très heureux de revenir au Milk, ils m’ont manqué. J’ai tenu à être présent dès le premier jour. C’est un peu notre rentrée des classes. ». Il n’était pas le seul, le premier jour d’ouverture, toutes les places assises de la terrasse du Milk étaient occupées.

Réouverture du Milk (masque)
(Bar gay Le Milk à Rouen à la réouverture – photo Gayviking)

A Caen, le bar gay l’Apollon a ouvert dès le 2 juin. Le port du masque est obligatoire. En cas d’oubli, Franck, le patron, vous le propose pour un euro. En outre, le bar programme de nouveau ses soirées habituelles.

Distanciation sociale de rigueur

Toujours à Caen, le bar associatif queer et féministe l’Aqueerium a ouvert ses portes le vendredi 5 juin avec, dans un premier temps, des horaires allégés. Après une période très difficile, le bar sort la tête de l’eau. Le bar L’Aqueerium débute les jeudis et vendredis puis étend ses horaires le samedi dans un second temps (à voir sur leur page facebook). Le bar en a profité pour réaménager son local.

Par ailleurs, les sexe-club ont rouvert le 11 mai dernier comme le Diablotin à Rouen. Néanmoins, les espaces cabines de projection sont restées fermées pendant le mois de mai. Elles sont de nouveaux ouvertes depuis le 2 juin. L’espace de vente est accessible avec port du masque et distanciation sociale de 1 mètre.

Enfin, les deux chambres d’hôtes exclusivement gay, Le Temps au Temps, près d’Évreux peuvent de nouveau être réservées. À défaut d’aller à l’étranger, beaucoup en profiterons pour rester dans la région et prendre un grand bol d’air.

Boîtes de nuit, discothèques : à partir du 22 juin ?

Néanmoins, après 11 semaines de fermetures, la situation économique des établissements reste difficile.

D’autres commerces n’ont pas pu rouvrir notamment les discothèques. La semaine du 22 juin est évoquée par la profession mais sans garantie. Cette date reste à confirmer par le Gouvernement.

boîte de nuit
(photo de Joao Victor Alves de Bastos d’Unsplash)

Néanmoins des établissements semblent confiants. La discothèque gayfriendly Le Phoenix à Caen envisage une levée de rideau le vendredi 26 juin.

A Rouen, le Club XXL ne peut toujours pas ouvrir. Sa réouverture reste hypothétique à partir du 23 juin.

Si cette semaine de réouverture se confirme, le Freedom Club à Cherbourg aurait la possibilité d’ouvrir dès le 25 juin, comme le Why Not, la boîte de nuit à Flers.

Mise à jour 21/06/2020 : finalement les discothèques ne devraient pas ouvrir avant l’été, voir septembre selon les déclarations du Gouvernement.

Les associations LGBT reprennent leurs permanences

Depuis le 11 mai et le processus de déconfinement, les associations LGBT ont progressivement repris leurs permanences. A chacun son rythme…

D’abord sur rendez-vous, le Centre LGBTI de Normandie à Caen a repris son agenda habituel dès le weekend du 14 mai. Aujourd’hui, l’accueil du public par les bénévoles est de nouveau opérationnel et notamment les dépistages. Les règles de distanciation sociales doivent être respectées pour le moment (masques et/ou un mètre de distance avec votre interlocuteur/interlocutrice).

Lesbienne, femme avec un masque
(photo de Gabriel Porras d’Unsplash)

Les autres associations ont repris leur permanences comme le Refuge dès le 8 juin. (voir l’agenda des associations sur Gayviking)

Pour les saunas, patience jusqu’au 22 juin

Les saunas présentent une difficulté majeure. On imagine difficilement les personnes déambuler dans un sauna avec un masque et garder une distance d’un mètre. La distanciation sociale n’est pas le but d’un tel lieu. Alors comment faire ?

Le décret de déconfinement ne cible pas spécialement les saunas. Ils ne font pas partie des 10 types d’établissements interdits à la réouverture. Dans le registre du commerce, les saunas gay sont des activités catalogués « soin corporel ». En théorie, ils auraient pu ré ouvrir rapidement…

Comme nous l’indique Christophe, gérant du sauna Le Rive Droite à Rouen : « Mon équipe et moi avons décidé de ne pas ouvrir le Rive Droite dès le 11 mai comme nous aurions pu le faire. En effet nous avons fait le choix de travailler sur un protocole de réouverture pour déterminer les outils à mettre en place, point par point, dans l’établissement afin de lutter efficacement contre la propagation du virus ».

Il joute : « Avec le soutien de nos partenaires, ENIPSE et SNEG & CO nous sommes parvenus à établir ce protocole et avec quelques nouvelles règles simples d’hygiène. Nous allons enfin pouvoir reprendre notre activité sereinement dès le 22 juin. C’est cette culture de la prévention qui, je pense, une fois encore, nous aidera à rester ce que nous sommes. »

accueil jeunes LGBT
(photo de Sam Shoora d’Unsplash)

D’ailleurs, les Agences Régionales de Santé ont été particulièrement attentives à ce que les saunas n’ouvrent pas dès le 11 mai. Les acteurs LGBT comme l’association ENIPSE, en lien avec les commerces à consommation sexuelle, ont déconseillé aux saunas d’ouvrir tant que les protocoles sanitaires n’étaient pas élaborés.

Réinventer des habitudes avec des gestes barrières à minima

Aujourd’hui, ce protocole sanitaire est arrêté. Les autorités sanitaires l’ont rédigé avec les représentants des commerces à travers deux associations : Enipse Prévention Santé et Sneg&Co (le syndicat national des lieux festifs comme les bars, saunas…).

« Dans le contexte actuel, une réouverture pérenne de nos établissements passe par l’application à minima des gestes barrières et des précautions sanitaires et, en conséquence, autant que possible, par la réinvention des habitudes et des concepts » indiquent les deux associations à leurs adhérents.

sauna gay en Normandie
(photo de Logan Stone d’Unsplash)

Christophe du Rive Droite, également administrateur d’Enipse, est confiant dans l’idée que les règles sanitaires n’empêcheront pas la magie et le désir d’exister auprès du public.

Il nous indique : « Ce n’est pas la première fois que nous devons faire face à ce genre de situation. Dans les années 80 est apparu le virus du sida. Très vite la communauté gay s’est mobilisée. À l’époque aussi on devait craindre que le magie et le désir aient pu disparaître. Notre défi, aujourd’hui encore, est d’informer et de protéger nos clients face à ce nouveau virus. Ils doivent se sentir en sécurité dans nos établissements. »

Désormais les règles sanitaires sont claires. Avec leur mise en œuvre, les saunas sont autorisés à ouvrir dès le 22 juin.

Il faut également noter que ces mesures sanitaires permettent également de protéger les salariés de ces établissements.

Néanmoins, il ne faut pas se mentir et reconnaître que les clients ne garderont pas une stricte distanciation sociale. Un sauna ou un cruising bar reste un lieu de rencontres.

Mais maintenant les règles sont affichées (extrait Charte d’accueil). À chacun d’être responsable.

sauna gay au havre

Gayviking a pu lire les protocoles sanitaires sur la région Normandie. Voici les principales recommandations.

Quelles sont ces règles ?

Au préalable, les saunas renforcent l’entretien et le nettoyage des locaux et des équipements. A titre d’exemple : aération plus importante, désinfection des clefs et des badges, renforcement du nettoyage des zones privatives et publiques…

Des locaux adaptés

L’entrée dans les établissements se fait un par un dans les sas d’accueil. Les saunas qui souhaiteront s’équiper pourront proposer une prise de température frontale à l’entrée. Si un client présente une température supérieure à 38°, il sera invité à rentrer chez lui.

Comme pour les bars et restaurants, le paiement par CB sans contact est à privilégier. Néanmoins, les terminaux seront désinfectés si nécessaire et les espèces maniées avec précautions.

Au vestiaire, il faudra placer ses vêtements et ses effets personnels dans un sac à usage unique. Les casiers ne devraient pas être accessibles, ou alors espacés d’une distance d’un mètre.

Excepté à l’arrivé, le port du masque n’est pas obligatoire dans les établissements. L’humidité et la chaleur ne permettent pas de maintenir les masques en bon état.

Mise à jour (20 juillet 2020) : par mesure gouvernementale, il devient obligatoire de porter le masque à l’intérieur du sauna lors de vos déplacements (pas dans les zones humides : sauna, jacuzzi, douches, piscine. Dans ces espaces, vous pouvez le retirer)

Fléchage et limitation des espaces

La douche sera strictement obligatoire à l’arrivée. Les zones de douche seront nettoyées plusieurs fois par jour.

Douche dans un sauna gay
(Photo de Bence Balla-Schottner d’Unsplash)

Un plan de circulation avec fléchage pour limiter les croisements doit être mis en place tant pour les salariés que pour la clientèle. Des petits espaces, comme des backrooms, pourraient être supprimés ou limités en nombre de personnes.

Les espaces bar devront présenter des marquages spécifiques pour établir la distanciation. Des plexiglas pourront être installés sur les zones du bar. C’est d’ailleurs l’option étudiée par le sauna le Rive Droite à Rouen.

La fréquentation de certaines parties sera limitée en nombre. À titre d’exemple : un sauna sec pourra être limité de 2 à 4 personnes. De même qu’un grand hammam pourra être limité à 10 personnes suivant sa taille. Il conviendra de respecter au mieux les distanciations sociales à l’intérieur. Les indications seront affichées dans les établissements.

Cabines ok

Les cabines resteront accessibles. Un spray désinfectant dans chaque cabine avec papier essuie-tout à usage unique pourrait être proposé. A défaut, du gel hydro alcoolique sera disponible près des distributeurs de préservatifs.

protocole sanitaire déconfinement
(extrait protocole sanitaire Enipse Sneg&co)

Ce protocole est certes contraignant mais nécessaire pour que les établissements ouvrent de nouveau.

Jean et Sébastien sont les deux patrons du sauna l’Abysse à Alençon dans l’Orne. Ils sont confiants et pensent que leur clientèle respectera les consignes : « Nous pensons que les personnes vont accepter et respecter les mesures sanitaires dans le cadre public pour la sécurité de tous. Ils pourront profiter de nouveau de leurs établissements préférés tout en continuant à éradiquer la covid19 ».

Il en va de même pour Jean-Marie du sauna Le Square à Rouen : « J’ai repris le sauna en mai 2011, j’ai toujours été près de mes clients pour répondre à leurs questions sur les maladies sexuellement transmissibles tout en faisant de la prévention ». Il ajoute : « Mes clients sont toujours à l’écoute de mes recommandations. C’est pour ça que je me fais aucun soucis pour le respect des mesures sanitaires que j’ai mis en place. Je pense qu’ils les apprécieront, j’ai entièrement confiance en eux. »
Et de conclure : « Se protéger soi, c’est aussi protéger les autres. »

Ouverture des saunas :

– Ouverture le 22 juin : Arc-en-Ciel à Caen, Rive Droite à Rouen, L’Abysse à Alençon, l’Eclipse à Dieppe, l’Atlantique à Cherbourg.
– Le sauna Le Clém à Evreux ainsi que son bar ouvriront le 23 juin.
– Enfin, le Square à Rouen ouvrira à compter du 1er juillet.
– Le Hotway au Havre n’a pas encore communiqué sur sa réouverture.

Conseils pour vos rencontres : en profiter pour faire un test !

Cette période peut également être l’opportunité de faire un test du VIH et des autres maladies sexuellement transmissibles (IST).

dépistage du vih
(photo d’Anthony Intraversato d’Unsplash)

Deux mois de confinement (sans rien faire ?) c’est un timing idéal pour se faire dépister et réduire la transmission des virus notamment celui du VIH.

L’association Aides a lancé une campagne sur cette période de dépistage. « En 2 mois le confinement a brisé une chaîne de contaminations jusqu’ici continue et inarrêtable. Parallèlement, chez les personnes ayant été contaminées juste avant le confinement, il a laissé aux anticorps contre le VIH le temps de se multiplier permettant ainsi un résultat fiable en cas de dépistage. C’est une opportunité historique de mettre un coup fatal aux épidémies de VIH et d’IST ! » indique l’association.

Pour briser la chaîne de transmission, n’hésitez pas à vous faire dépister maintenant. Différentes méthodes existent : docteur, laboratoire, autotests… Vous pouvez également recevoir gratuitement un autotest gratuit par la poste via l’association Aides Normandie.

Test vih à la sortie du déconfinement

Le résumé en images…

Derniers articles

VIH – sida : l’épidémie face au Covid. Un décrochage dans la prévention

En pleine épidémie du Covid, les premiers chiffres de la lutte contre le VIH laissent entrevoir un relâchement inquiétant de la prévention

Le Département des Pyrénées-Orientales signe la charte LGBT+

Le Département des Pyrénées-Orientales signe la charte de l'association LGBT+66 contre les discriminations et la défense des droits...

Metz. Un conseiller municipal RN qualifie « l’idéologie LGBT » de dérive sociétale

Grégoire Laloux, élu conseiller municipal du Rassemblement National s'oppose au versement d'une subvention à une association LGBT.. une dérive sociétale.

Homophobie et menaces de mort à l’usine Renault de Cléon

Julien repense à ces trois nuits à l'usine Renault. L'angoisse est parfois présente. Négligences de Renault Cléon ?

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé