En Normandie, le coronavirus menace l’action des associations LGBT

L‘épidémie du coronavirus se propage et bouleverse la vie quotidienne des associations LGBT. En Normandie, des actions sont annulées. Des lignes d’écoutes sont mises en place. Une solidarité s’organise. Et l’ombre du virus plane sur les Pride de Rouen et de Caen.

épidémie Coronavirus
(photo de Mika Baumeister d’Unsplash)

Les associations annulent leurs actions

Le confinement impose un black-out total sur les actions des associations LGBT. Les structures annulent leur permanences d’accueil. Les dépistages gratuits et anonymes s’arrêtent. Les lieux de vie où se réunissent les associations sont de toute façon fermées.

Les assemblées générales sont reportées comme celle du Centre LGBTI de Normandie prévue initialement le 21 mars. Il en est de même pour l’association caennaise Les Enfants Terribles qui n’a pas pu élire son nouveau bureau.

Services d’urgence en cas de besoin

Les associations restent joignables en cas d’urgence. Il est important que les personnes les plus en difficultés puissent trouver un moyen de protection immédiat. À défaut d’un accueil physique, les lignes téléphoniques et les mails restent opérationnels.

Associations Coronavirus Marche rue
(photo de Macau Photo Agency d’Unsplash)

Le Centre LGBTI de Normandie « reste disponible pour des rendez-vous individuels, et des informations » notamment pour les demandeurs d’asile LGBT en grande précarité (contact demandeurs d’asile : marion@centrelgbt-Normandie.fr ). Au-delà, la fédération reste joignable sur ses réseaux.

Création de lignes d’écoute 

Du côté du Refuge, l’association a conservé sa ligne d’urgence pour l’hébergement des jeunes LGBT 24h/24 au 06 31 59 69 50. Mais ses permanences sur toute la région sont suspendues.

Par ailleurs, une ligne d’écoute spéciale est mise en place par l’association Enipse à destination du public LGBT et de leurs commerces (lutte contre l’isolement, conseils de santé sexuelle…).

Enfin, l’association nationale SOS homophobie a du suspendre sa ligne d’écoute mais reste joignable selon des modalités différentes (rappel téléphonique et tchat’ voir les infos détaillées).

Festival Ciné Friendly annulé

Autre conséquence de l’épidémie du Coronavirus, l’annulation de la sixième édition du Festival Ciné Friendly. Le festival normand du film LGBT devait se dérouler fin avril à Rouen au Cinéma l’Omnia. Etrangement, l’édition 2020 n’était pas prévue initialement du fait de la rénovation du cinéma. Mais avec le retard des travaux, le festival avait été reprogrammé… Hélas, le coronavirus est passé par là.

Confinement
(photo de Kristina Tripkovic d’Unsplash)

L’ombre du virus sur les Pride de Caen et de Rouen

Les deux Pride Normandes doivent se dérouler à Rouen le 23 mai puis à Caen le 30 mai.

Or, le Parlement vient de  voter une loi sur l’état d’urgence sanitaire. Cet état d’urgence est d’une durée de deux mois à compter du 24 mars 2020… soit jusqu’au 24 mai 2020.

Urgence sanitaire jusqu’au 24 mai…

Bien qu’il ne faut pas confondre état d’urgence sanitaire et confinement, des règles restrictives de circulation ne sont pas à exclure après la fin de la deuxième période de confinement prévue le 15 avril. Les organisateurs se posent réellement des questions sur la possibilité d’organiser ces évènements à date prévue voir de les reporter.

Pride Rouen
(photo : gayviking, Pride 2019)

La Marche des Fiertés de Rouen s’inscrit dans un grand ensemble d’expositions et de concerts avec la Friche Lucien. Son organisation est particulièrement complexe et imbriquée dans un ensemble culturel. Du côté de Caen, aucune décision n’est encore prise mais la Marche reste sous son format habituel.

D’autres Pride déjà annulées ou reportées…

La période des Pride peut paraître lointain. Mais organiser ces manifestations nécessite d’avoir des bénévoles disponibles. Les organisateurs ne prendront pas le risque d’un danger sanitaire pour le public.

Une pression supplémentaire vient s’ajouter. La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, invite ce 31 mars les organisateurs des Pride en France à « envisager un report des rassemblements prévus cet été ». 

Pourtant, bien avant l’annonce de la Secrétaire d’État, des villes ont déjà annoncé l’annulation de leur Pride comme Grenoble et Arras. Initialement prévue le 6 juin, Lille reporte elle aussi sa Pride au 26 septembre 2020. D’autres villes d’Europe reportent leur Marche des Fiertés comme Genève, Londres ou Zurich.

Avec ce drame sanitaire, l’exigence de solidarité

A contrario, le contexte de l’épidémie du Coronavirus laisse transparaître de nouveaux rapports entre les associations, les bénévoles et le public.

Solidarité coronavirus
(photo de Nadine Shaabana d’Unsplash)

Ainsi, les réseaux sociaux permettent de rompre l’isolement des personnes LGBT et partager des conseils ou se divertir.

On retiendra les messages de solidarité de l’association queer havraise La Poudrière. L’association multiple ses appels à la solidarité :« Ne restons pas seul.e.s face à l’épidémie. S’aimer, se préoccuper les unes des autres, être ensemble d’une manière ou d’une autre peut sauver des vies ! » insiste l’association. Elle n’hésites pas à fournir des conseils.

Du côté des parents et futurs parents LGBT, l’APGL Normandie invite les internautes et ses adhérents à poster de la joie comme des dessins d’enfants.

L’association caennaise l’Aqueerium a proposé la retransmission du show d’un jeune bénévole non-binaire, humouriste en herbe : Loki. Un humour ravageur et cassant. Néanmoins, le confinement fragilise l’Aqueerium. L’association gère le bar du même nom à Caen. Elle n’est pas éligible aux aides et fait appel aux dons en ligne pour assurer le paiement des charges pour cette période qui s’annonce longue.

Aqueerium Loki
(photo : capture écran, show de Loki Aqueerium)

Enfin, on appréciera l’initiative de Aides Normandie à destination des personnes vivant notamment avec le vih. Dans cette période de crise sanitaire, des difficultés et des inquiétudes peuvent exister concernant l’accès au soin, l’association renforce ses conseils auprès des internautes.

Au final, bien que le champ d’action des associations LGBT est restreint pendant cette période, leur sens civique reste inépuisable.

 

Derniers articles

Dieppe : fermeture du sauna gay l’Eclipse, première victime du Covid-19 en Normandie

Le sauna l'Eclipse, à Dieppe ferme ses portes. L'établissement succombe aux conséquences du Covid-19. C'est la première fermeture d'un établissement LGBT...

Caen. Agressions et harcèlements sur un lieu de drague gay

Depuis le début du mois de juillet : agressions et harcèlements se multiplient sur un lieu de drague gay à Caen. Un appel à la prudence est lancé…

La culture gay en musique : 1980 – 1983, les années charnières

Avec l'émergence du night clubbing gay puis la naissance du disco, le Palace à Paris, la subculture gay va se diffuser auprès de la jeunesse des années 80.

A Évreux, le Centre LGBTI de Normandie ouvre une antenne avec des permanences d’accueil et d’écoute.

Après Caen, Cherbourg et Saint-Lô, le Centre LGBTI de Normandie développe ses activités dans l'Eure, à Évreux avec de nouvelles permanences...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé

X