Caen / Rouen : scission au Centre LGBTI de Normandie. L’antenne de Rouen crée Fiertés Colorées et quitte la fédération.

C‘est un coup de tonnerre dans le paysage associatif normand. Les associations composants l’antenne de Rouen au Centre LGBTI de Normandie votent leur autonomie. Elles quittent le Centre et créent leur propre fédération sous le nom de « Fiertés Colorées Centre Lgbtqi+ 276 ».

Centre LGBT de Normandie à Rouen
(c) Gayviking

C’est donc une scission entre le siège basé à Caen et l’antenne de Rouen.

Né en 2008 à Caen, le Centre LGBTI de Normandie fédère onze associations sur la région. Les associations adhérentes mettent en commun leurs actions et leurs bénévoles. Il existe 5 antennes locales : Caen, Rouen, Cherbourg et Saint-Lô.

Pour Rouen : création de Fiertés Colorées

Aujourd’hui, les associations rouennaises décident de se retirer du Centre. Elles créent leur propre structure : Fiertés Colorées (un nom pour rendre visible toutes les couleurs des différents drapeaux tant en orientations sexuelles, en identités de genres , qu’en nationalités).

La création de l’antenne rouennaise du Centre datait de 2017.

Interrogées par Gayviking, les associations rouennaises confirment cette scission : « Oui nous actons une autonomie administrative et financière. Nous avons besoin de nous concentrer sur nos activités pour nous organiser plus facilement. »

Logo de Fiertés Colorées

Cette nouvelle fédération regroupe les trois principales structures associatives de l’antenne de Rouen : l’association lesbienne LBTG (Laisse Bien Ta Gaité), Enipse Prévention Santé, et l’antenne du Refuge à Rouen. Par ailleurs, quelques bénévoles ont adhéré individuellement à Fiertés Colorées.

À Caen, le siège du Centre LGBTI de Normandie regrette naturellement cette séparation. « Je trouve cela dommage » nous précise Yann son fondateur.

La réunification de la Normandie est désormais lointaine pour les associations LGBT. On pourrait assimiler cette scission comme la résurgence de deux régions : d’un côté la Haute-Normandie et de l’autre la Basse-Normandie. On peut aussi y voir une oppositions des capitales : Rouen et Caen.

Pourquoi cette scission ?

Les associations rouennaises veulent plus d’autonomie, de proximité et de réactivité par rapport à Caen. Fiertés Colorées indique : « Cette nouvelle organisation permet d’être au plus proche des personnes accueillies, de leur demande, dans leur accompagnement dans leur démarche... ».

Et d’ajouter : « Cette proximité est en lien aussi avec le collège de l’association avec des réponses plus rapides en fonction de l’activité (d’actions de militantisme). Fiertés Colorées est à la fois une fédération d’associations et une association menant ses activités en propre. »

Centre LGBTI de Normandie - gayviking

Deux centres LGBTI dans la région ?

Aura-t-on deux centres LGBT en Normandie ? Nous pourrions le penser. En effet, le nom complet de Fiertés Colorées est « Fiertés Colorées Centre Lgbtqi+ 276« . Et la nouvelle association ne cache pas ses ambitions. Ses bénévoles sont toujours en contact avec la fédération des Centres LGBT, l’organisme qui fédère cette reconnaissance. « Nous n’avons pas fait de démarches d’adhésion à ce jour, mais c’est envisageable par la suite » nous précise la nouvelle association rouennaise.

Du côté de Caen, le Centre LGBTI réaffirme qu’il est toujours normand et considère que « l’antenne de Rouen est en sommeil jusqu’à ce que d’autres bénévoles la fassent revivre ». Ainsi, le siège caennais du Centre LGBTI caresse l’espoir d’un nouveau pied à terre à Rouen.

Au-delà de Rouen, investir l’Eure et la Seine-Maritime

La nouvelle fédération rouennaise veut également proposer des actions en Seine-Maritime et dans l’Eure. L’association nous confirme qu’ « il reste beaucoup de zones sans visibilité LGBTQI+ ».

A la question de savoir si deux centres LGBT ça fait « trop » pour une seule région, Fiertés Colorées répond sans ambiguïtés par la négative. « Non ce n’est pas « trop ». C’est plus une nouvelle organisation qui nous permettra, on l’espère d’être plus réactiv.fe.s et plus proches de nos terrains à la fois à Rouen dans la continuité de ce que faisait l’antenne depuis 2017, et dans l’Eure où il n’y a pas d’association en dehors de Aides Normandie et de l’ENIPSE. »

Centre LGBTI de Normandie - gayviking

Néanmoins, Fiertés Colorées semble faire un pas vers le Centre LGBTI de Normandie et prête à travailler avec leurs anciens « collègues » de Caen.  « Malgré la scission, nous sommes toujours enclins à travailler avec eux sur des projets, comme on le fait avec d’autres associations » tient à préciser la nouvelle structure.

L’avenir du Centre LGBTI de Normandie

L’amputation de l’antenne de Rouen n’est certes pas agréable pour le Centre LGBTI de Normandie. Néanmoins, le Centre pense rebondir. Des projets en dehors de Rouen sont à préasager.

La proximité est aussi une préoccupation pour Caen. Le Centre LGBTI de Normandie souhaite continuer à se développer au-delà des grands centres urbains. « Notre souhait, notre volonté est de développer le Centre en ouvrant des antennes dans les départements normands où il n’y en a pas, et pas uniquement dans les grandes villes » indique l’équipe de Caen.

Chaussure monde gay
(Photo de gryffyn m d’Unsplash)

Yann précise cette nécessité « pour être au plus près des personnes LGBTI, de leur besoin. Et aussi pour lutter contre l’isolement, contre les LGBTIphobies et leurs conséquences. Sans oublier les actions contre les IST et l’infection au VIH.… ».

En 2019, le Centre LGBTI de Normandie a ouvert deux nouvelles antennes : Cherbourg et Saint-Lô (département de la Manche). Avec des bénévoles motivés, les départements de l’Orne et de l’Eure, voir Le Havre, pourraient être étudiés.

A cet égard, le Centre lance un appel aux normand.e.s : « Si des personnes sont partantes, nous lançons un appel, qu’ils ou elles nous contactent : contact@centrelgbt-normandie.fr ou via le site internet, ou encore les réseaux sociaux. »

Mais les actions du Centre LGBTI de Normandie continuent

En attendant, le Centre LGBTI de Normandie souhaite continuer ses activités sur toute la région même en Seine-Maritime.

« Les actions prévues dans les département de l’Eure et la Seine Maritime liées à la Charte Friendly et à l’exposition itinérante du MUNAE, entre autres, vont se poursuivre. Puisque dans ce cadre là, c’est l’antenne de Caen qui assurera les séances de formations et de sensibilisation des personnes en contact avec du public, des professionnel.les ».

Gay manif droit
(Photo de Toni Reed d’Unsplash)

L’antenne de Caen du Centre ajoute : « Nous continuerons à répondre, comme par le passé, aux demandes et sollicitations des personnes, demandes d’aide, partenariats, interventions diverses. »

Et Fiertés Colorées développe ses activités sur Rouen…

À Rouen avec Fiertés Colorées, la nouvelle structure participera au collectif LGBT+ en charge de la Pride le 3 octobre prochain à Rouen.

Au-delà Fiertés Colorées assurera les permanences associatives comme dans le passé : LBTG, Le Refuge, Enipse, Trans…

Néanmoins, la nouvelle association veut développer d’autres actions : « Nous souhaitons démarrer des permanences dans d’autres villes que Rouen dès qu’on le pourra et poursuivre le développement des actions autour du TDOR (souvenir Trans). »

Fiertés Colorées ajoute : « On va continuer à organiser des soirées conviviales, culturelles et festives. Nous continuons à réfléchir à d’autres projets pour améliorer l’insertion sociale des personnes LGBTQI+. A ce jour ce qui nous prend le plus de temps est l’accompagnement individuel des personnes en dehors de nos permanences. »

Diversité des couleurs… diversité des territoires…

Centre LGBTI de Normandie
(antennes de Caen, Cherbourg, Saint-Lô)

Site internetpage facebook

Fiertés Colorées (région de Rouen)

Site internetpage facebook

Voir la rubrique Agenda de Gayviking pour les permanences, rendez-vous LGBT en Normandie

Derniers articles

Le Havre : un homme condamné pour le meurtre de son conjoint. Mort d’avoir été trop gentil

À la lecture des chroniques judiciaires de Paris-Normandie, on découvre que cette histoire n'est pas vraiment un crime passionnel.

Les associations LGBT normandes font leur rentrée

La rentrée de septembre 2020 reste marquée par un...

La culture des pissotières : dans le placard de l’oubli

Les pissotières, un phénomène sociologique qui a marqué durant des décennies le quotidien de centaines de milliers d'homosexuels dans le monde...

Dieppe : fermeture du sauna gay l’Eclipse, première victime du Covid-19 en Normandie

Le sauna l'Eclipse, à Dieppe ferme ses portes. L'établissement succombe aux conséquences du Covid-19. C'est la première fermeture d'un établissement LGBT...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé

X