Rouen, gaypride 2017 : le pari réussi de Normandie Pride (photos et vidéo)

Cette gaypride est une première et une belle réussite. Enfin, un évènement à la hauteur de Rouen.
La marche des fiertés, format Normandie Pride, a convaincu le public. Environ 1500 personnes ont répondu à l’appel de la jeune association LGBT (1300 personnes selon la police, 2000 selon l’organisateur).
Gaypride 2017 à Rouen
(c) Gayviking

Tous unis contre les discriminations

Passée la polémique politique sur le parcours de la marche avec la Métropole, c’est contre vents et marées que les associations LGBT se sont présentées unies et déterminées à réussir cet évènement. Après son absence sur le calendrier des villes-gaypride en 2016, Rouen a opté pour le changement mêlant les revendications et le festif.
Sous le slogan commun : « Tous unis contre les discriminations », les associations LGBT n’ont pas été relayées au second plan, bien au contraire. Présentes tout au long de l’évènement, et pour la première fois, les associations disposaient d’un stand pour présenter leurs actions. Étaient notamment présentes autour de Normandie Pride : le Centre LGBT de Normandie, Fédération Sportive Gay et Lesbienne Paris 2018, Gay’T Normande, Coming-Out, Le Refuge Seine-Maritime, Laisse Bien Ta Gaité
La prévention et la santé à destination du public LGBT étaient également mis en avant avec les associations Enipse, Aides, SexoSafe.
Le public avait la possibilité de faire des Flashtest (dépistages rapides) anonymement sur le village associatif.
D’autres associations avaient tenues à présenter leur soutien notamment Bouchon276, les Editions Mix, Amnesty International.

Discours militants et concerts

Un podium avec écran géant était disposé place de l’hôtel de ville. Dans leurs discours, traduits en langue des signes, les associations LGBT ont pu délivrer leur message.
Amin Robine, Président du Centre LGBT de Normandie a estimé qu’il restait beaucoup à faire pour les droits LGBT : le libre arbitre sur l’état civil des personnes transgenres, la reconnaissance des différents modèles familiaux en étaient des exemples.
Florence Dodeman, vice-présidente de l’association Gay’T Normande a revendiqué le droit d’aimer, le droit à l’égalité et a demandé à ne pas oublier les droits des personnes transgenres.
Valérie de l’association Laisse Bien Ta Gaité a rappelé la difficulté d’être visible pour les lesbiennes et, comme l’homophobie, la lesbophobie n’avait pas disparu.
Enfin, la Présidente de Normandie Pride, Claire Dumont, a tenu à remercier la Ville de Rouen pour son soutien, et, sous les applaudissements du public, a eu une pensée pour Simone Veil « partie rejoindre les étoiles ».

Les élus présents

Sans attitude politicienne apparente, les décideurs politiques ont répondu présent à cet évènement. La première adjointe au Maire de Rouen, Christine Argelès (PS), a souligné le soutien permanent de la ville de Rouen : « nous sommes déterminé à continuer à agir : répondre positivement aux initiatives des associations LGBT. A nous de faire en sorte que les discriminations disparaissent. C’est le sens de la présence de la ville pour cette marche à vos côtés. »
Modestement, d’autres élus avaient fait le déplacement place de l’hôtel de ville comme Didier Chartier, conseiller municipal (PCF) de Rouen, mais aussi David Fontaine, conseiller municipal (PS) à St Etienne du Rouvray. Damien Adam, le député fraichement élu de « La République En Marche » sur la 1ière circonscription de Seine-Maritime (Rouen, Déville, Mt St Aignan) était également présent. Il a rencontré les différentes associations LGBT en nous précisant que « ce combat contre les discriminations devait être pleinement assumé. »
Après les discours, et la bénédiction des Sœurs de la Perpétuelle Indulgence, le public a marché dans les rues de la ville où chacun a pu s’exprimer librement, libre d’être soi-même, libre d’aimer. Une minute de silence en mémoire aux victimes d’homophobie et du Sida a été respectée. Au même moment, au monument des déportés, une gerbe a été déposée par les associations LGBT en souvenir des déporté(e)s homosexuel(le)s.
Le public a pu ensuite assister à trois concerts gratuits place de l’hôtel de ville.
Avec Draco comme maître de cérémonie, se sont succédés le groupe Version Originale, Myriam Abel et Desireless / Operation of the sun. Très attendue, Desireless s’est dit ravie et très sensible à la lutte contre les discriminations et a appelé le public à s’aimer.
Plus tard dans la soirée puis la nuit, sur terre les établissements partenaires ont organisé des soirées pour fêter les couleurs du rainbow flag. Sur la Seine, une première croisière « pride » avait été proposée par l’association Pool Paradise Party où un public nombreux avait répondu présent.

Photos


Vidéo

à lire

Bernay : le Centre LGBTI de Normandie ouvre une antenne

L'association de défense des droits LGBT+ étend ses actions en Normandie. Une antenne s'ouvre à Bernay dans l'Eure. Au plus près de ceux et celles qui en ont besoin.

WAG, le magazine gay du grand ouest, disparaît

Le magazine gay du grand ouest WAG disparaît et cesse ses publications notamment en Normandie. Une nouvelle perte pour les médias LGBT...

Venus Sauna gay à Évreux

Ce sauna gay est près d’Évreux. Arrivé en 2022, Vénus Sauna prend la relève du Clèm avec des créneaux gay et mixte : jacuzzi, hammam, backroom

À Caen, le bar gay l’Apollon recherche un repreneur après 22 ans de service

Une page pourrait se tourner dans la vie LGBT à Caen. Le bar gay l'Apollon recherche un repreneur. Il fêtera ses 22 ans dans quelques mois...