À Rouen, les LGBT rendent hommage à Stonewall

On appelle cela un happening, une manifestation improvisée en français. Cet après-midi, sur les quais de Rouen, des militant.e.s rendent hommages aux émeutes de Stonewall, ce bar de New-York, point de départ des Prides à travers le monde. C’était le 28 juin 1969 à New-York. C’est le 28 juin 2020 à Rouen.

Hommage à Stonewall à Rouen

En attendant la Pride

Cette année, l’épidémie du Covid19 a bouleversé le calendrier des Marches des Fiertés. En Normandie, les Prides de Caen et de Rouen sont reportées. Elles se déroulaient habituellement en mai ou juin. En attendant une nouvelle date pour Caen, celle de Rouen se produira le 3 octobre prochain.

Au-delà du côté festif, la Pride est, avant tout, une manifestation. La lutte contre les discriminations et l’égalité des droits sont des revendications essentielles.

Il y a 51 ans… Stonewall

Par ailleurs, pour l’Histoire, la célébration des Prides est aussi un temps de mémoire. Se souvenir que tout a commencé le 28 juin 1969 à New-York.

Sur les quais à Rouen, mémoire LGBT

Aujourd’hui, à Rouen, à défaut de Pride, des militant·e·s se sont rassemblé·e·s sur les quais de Rouen. Les associations LGBT+ ont affiché des pancartes : « il y a 51 ans Stonewall… » accompagné du drapeau de la communauté LGBT.

Avec cette action, les associations présentes (Aides Normandie, Fiertés Colorées, LBTG, Le Refuge, Getin et Enipse) interpellent le public. De rares personnes sont venues poser des questions. Tout le monde ne connaît pas encore l’histoire de Stonewall et ses combats.

La relève

On retiendra la présence de deux parents accompagnant leur fils Simon. « C’est important de le soutenir, c’est sa vie », nous précisent-ils. Un fier soutien.

Grand drapeau droits LGBT

Nous apprendrons que l’immense drapeau disposé sur les quais a été conçu par la famille de Simon. Le jeune bénévole a mis à contribution ses proches et notamment sa grand-mère pour le confectionner. Comme un passage de témoin, ses parents espèrent que sa grand-mère accompagnera Simon à la Pride, en octobre prochain.

Le sens de cette manifestation

Cette manifestation a du sens. Le collectif associatif nous explique cette action :

L’origine des émeutes

« Il y a 51 ans, aux Etats-Unis, le droit américain interdisait les rapports sexuels entre personnes de même sexe. Pour éviter toute tentation, il était également interdit aux personnes de même sexe de danser ensemble. La population avait également l’obligation de porter 3 vêtements correspondant aux normes sociales de leur sexe biologique. La police veillait à l’application de cette réglementation stricte. »

Les émeutes de Stonewall 1969
(Les émeutes de Stonewall 1969 – photo :NY Daily News Archive)

« C’est ainsi que dans le quartier de Greenwich Village, à New York, la police avait repéré le bar « Stonewall Inn » comme étant un repère de prostitué.e.s, de folles, de personnes trans, de drag-king lesbiennes, la plupart étant des personnes racisées. Elle y faisait des descentes régulières pour contrôler les personnes présentes. »

Devenu événement historique

« Le 28 juin 1969, ce fut le contrôle policier de trop. La clientèle se rebella et cela déclencha une émeute, de plusieurs jours, qui devint un événement historique dans la lutte pour l’émancipation des personnes LGBTQI+, notamment le point de démarrage des Prides à travers le monde. »

Ne pas les oublier…

« Parmi les personnes qui ont décidé de tenir tête à la police, il y avait Marsha P. Johnson, Silvia Rivera et Stormé DeLarverie.

Stonewall, l'histoire
(Marsha Johnson et Silvia Rivera)

En France aussi, les normes vestimentaires de genres ont été imposées ; et les relations entre personnes de même sexe ont été interdites.
Marsha, Silvia et Stormé continuent de nous influencer bien après leur mort.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, puisque notre pride est reportée au 3 octobre, nous tenions à honorer leurs mémoires. »

Pour aller plus loin

Derniers articles

Le Havre : un homme condamné pour le meurtre de son conjoint. Mort d’avoir été trop gentil

À la lecture des chroniques judiciaires de Paris-Normandie, on découvre que cette histoire n'est pas vraiment un crime passionnel.

Les associations LGBT normandes font leur rentrée

La rentrée de septembre 2020 reste marquée par un...

La culture des pissotières : dans le placard de l’oubli

Les pissotières, un phénomène sociologique qui a marqué durant des décennies le quotidien de centaines de milliers d'homosexuels dans le monde...

Dieppe : fermeture du sauna gay l’Eclipse, première victime du Covid-19 en Normandie

Le sauna l'Eclipse, à Dieppe ferme ses portes. L'établissement succombe aux conséquences du Covid-19. C'est la première fermeture d'un établissement LGBT...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé

X