Municipales 2020 à Caen et Rouen : les candidats interrogés sur les questions LGBT

A quelques jours du premier tour des élections municipales, le Centre LGBTI de Normandie interpelle les candidats. Les têtes de liste à Caen, Rouen et Cherbourg ont été interrogées.

élections municipales 2020
(photo montage : Arnaud Jaegers d’Unsplash)

La commune est une structure essentielle dans la proximité. Les élections municipales sont l’occasion de rappeler que les Maires peuvent agir au quotidien contre les discriminations. En effet, les suicides et les agressions restent plus importants chez les LGBT.

Le thème des discriminations notamment LGBT a souvent été occulté par les médias lors de cette campagne des municipales. Les sujets d’insécurité et d’environnement, certes importants, ont raflé la mise.

S’engager

Dans le cadre des élections municipales, le Centre LGBTI de Normandie, structure apolitique, a invité les candidats à se positionner sur la thématique LGBT. Des propositions concrètes pour la ville. « Nous sommes convaincus que c’est au niveau local que l’action et les engagements sont fondamentaux pour construire une société plus harmonieuse et respectueuse » indique l’association normande. Les élus sont appelés à s’engager pleinement.

20 propositions pour une ville LGBTI+ Friendly

Vote LGBT gay, municipalesLe Centre LGBTI de Normandie rassemble les onze principales associations LGBT sur la région. Cette fédération associative a fait 20 propositions pour une ville plus LGBT friendly. Les militants espèrent que ces propositions intègrent les programmes des candidats.

Ces 20 propositions vont de la création d’un poste d’adjoint aux discriminations à une offre culturelle non discriminatoire. Le Centre LGBTI suggère également que les élus forment le personnel communal aux discriminations et qu’ils adaptent les formulaires administratifs pour devenir plus inclusifs. (Lire les 20 propositions plus bas).

Résumer le positionnement des candidats sur chacune des questions n’est pas aisée (réponses). Aussi Gayviking a attribué une note aux candidats en fonction des engagements pris sur chaque proposition.

Cet exercice permet d’avoir un éclairage sur les questions posées. L’objectif est clair. Qui sont les candidat.e.s clairement compatibles avec les valeurs LGBT ?

Municipales à Caen

Les sept listes aux élections municipales ont été questionnées. Toutes ont répondu, sauf une : la liste du Rassemblement National (Isabelle Gilbert).

Interrogé, le Centre LGBTI considère recevoir « cette absence de réponse comme une indifférence à la situation des personnes LGBTI+ ». La candidate du Rassemblement Nationale a indiqué « que les tendances sexuelles ne la regardent pas et ne doivent pas faire l’objet de débat public ».

Caen élections municipales

Le maire actuel de Caen est Joël Bruneau depuis 2014 (LR – Les Républicains). Il se représente avec le soutien du parti présidentiel, LaREM (La République en Marche).

Sur les 20 propositions du Centre LGBTI le maire sortant n’atteint pas la moyenne (9,5/20 selon notre calcul). Bien qu’il accepte d’apporter un soutien financier et matériel aux associations LGBT (ce qu’il fait avec le Centre LGBTI aujourd’hui), il refuse de soutenir directement la visibilité des personnes LGBT dans l’espace public notamment lors de la Marche des Fiertés ou les cérémonies du souvenir.

LGBT et élections à Caen

A contrario, il s’engage à former le personnel communal à la lutte contre les discriminations. Mais il ne semble pas apprécier l’utilisation des prénoms d’usage pour les personnes transgenres par exemple. Ses engagements contre les LGBTphobies paraissent timides. Il estime que ce n’est pas à la ville de Caen d’être force de proposition dans la lutte contre les discriminations LGBT vis-à-vis des autres associations et partenaires de la ville.

Le seul à droite

Le candidat Joël Bruneau ne semble pas prêt de faire de Caen une ville totalement inclusive. Néanmoins, il faut bien reconnaître que c’est le seul candidat de droite à avoir répondu au Centre LGBTI. Ses homologues rouennais n’ont pas eu le courage de répondre aux associations (J.L. Louvel et JF. Bures, tous deux « En Marche » et « LR », lire plus loin).

élections 2020 Caen

Municipales : la gauche présente

Les autres candidats de gauche comme Gilles Deterville (socialiste) et Rudy L’Orphelin (vert) obtiennent la note maximale (20/20). Comme leur concurrent de Force Ouvrière (Pierre Casevitz), ils acceptent l’intégralité des propositions du Centre LGBTI. Pour eux, Caen doit être une ville LGBT friendly. Les candidats socialiste et Vert sont souvent présents lors des grands événements comme la Marche des Fiertés ou les manifestations contre les LGBTphobies. Leur positionnement n’est donc pas surprenant.

Le « oui mais… » de la France Insoumise

élections LGBTEn revanche, les réponses sont plus étonnantes pour le candidat de la France Insoumise sur Caen, Philippe Velten. Bien qu’il soit d’accord avec 13 propositions sur 20 du Centre LGTI comme la création d’un poste d’adjoint ou le soutien financier aux associations LGBT, il est très réservé voir opposé à 7 propositions.

Il est réticent à mettre en place une campagne annuelle de lutte contre les discriminations LGBT et à relayer les actions des associations dans la communication municipale.

De même, il est réservé sur les prénoms d’usage des personnes transgenres et l’encouragement de bibliothèques plus inclusives. Le candidat semble avoir des difficultés à ressentir les problèmes de la population LGBT. Ainsi, il n’obtient qu’une note de 15/20 alors que son homologue de la France Insoumise à Rouen est d’accord avec l’intégralité des propositions du Centre.

Municipales à Rouen

Le maire actuel de Rouen est Yvon Robert depuis 2012 (PS – Parti Socialiste). Il a été maire de la ville de 1995 à 2001. Il se ne représente pas cette année.

Rouen élections municipales

Les 10 listes candidates aux élections municipales ont été questionnées. Seulement quatre ont répondu : Marine Caron (Divers Droite-Centre), Lionel Descamps (LFI – La France Insoumise), Nicolas Mayer-Rossignol (Parti Socialiste et apparenté) et Marc Fouilloux (NPA).

Peu de mobilisation à Rouen

Ce peu d’entrain à répondre à la principale association LGBT de la région surprend. Les autres forces de gauche, habituellement associées aux combats contre les discriminations sont étrangement absentes.

La sincérité du candidat « vert », Jean-Michel Bérégovoy, associé au PCF, n’est pourtant pas à démontrer. Il est souvent présent dans les combats LGBT à Rouen ainsi que son parti Europe Ecologie Les Verts. Par exemple, un poste d’adjoint lié aux discriminations existe déjà avec Hélène Klein, candidate sur sa liste Vert-PCF. Sans doute un raté de communication dans cette dernière ligne droite de campagne.

Municipales : Louvel absent 

élections gayPar ailleurs, il aurait été intéressant d’avoir le positionnement du candidat de la République En Marche (LaRem) et des Républicains (LR), Jean-Louis Louvel. Ce candidat atypique, challenger, ne semble pas évoquer les questions de discriminations LGBT dans son programme. Son rapprochement avec les partis de l’UDI et de LR, pas toujours friendly sur la communauté LGBT peut-il être un frein ? Pourtant, la droite rouennaise n’avait pas hésité à répondre aux questions des associations LGBT lors du dernier scrutin en 2014.

A leur décharge, le Centre LGBTI de Normandie reconnaît que les rappels au questionnaire ont été moins « soutenus » qu’à Caen. Néanmoins, les contraintes de campagne restent les mêmes que l’on soit à Rouen ou à Caen. Les candidats ne sont pas seuls. Ils ont une équipe et des conseillers.

Municipales : un 20/20

Finalement, trois candidats et une candidate se positionnent sur les questions LGBT. Ils sont tous favorables aux 20 propositions. Ils peuvent afficher fièrement un 20/20 (excepté le candidat du NPA qui n’accepte pas de signer la Charte Friendly Normandie, sa note est de 19/20).

élections municipales 2020 Rouen

La candidate Marine Caron a souvent été présente lors des événements LGBT (contre l’homophobie, Pride, Transgenre…), son positionnement n’est pas étonnant alors qu’elle est vice-présidente UDI au Département de la Seine-Maritime depuis 2017 (élue en 2015).

Après un raté de communication en novembre dernier avec les propos d’une gilet jaune à Rouen, le candidat de la France Insoumise, Lionel Descamps, signe l’intégralité des propositions d’une ville inclusive pour les LGBT, contrairement à son homologue à Caen.

Lionel Descamps est un des rares candidats à décrire autant son programme pour les LGBT (observatoire, aides financières, Pride, formation…). Il obtient un engagement de 20/20 sur les propositions du Centre.

De l’anecdote à l’engagement…

Pour Nicolas Mayer-Rossignol, il accepte les 20 propositions du Centre LGBTI de Normandie sans réserve. Pourtant les relations entre le candidat socialiste et la communauté LGBT n’ont pas toujours été au beau fixe. Il faut se souvenir d’une polémique lors de la Pride à Rouen en 2015. Alors Président de la Région, il n’avait pas apprécié être mis en cause par l’opposition sur une affiche de la Pride, cofinancée par la Région. Depuis, l’eau a passé sous les ponts rouennais.

Cette anecdote dépassée, et avant d’avoir approuvé les 20 propositions du Centre LGBTI, le candidat du PS avait déjà écrit clairement dans son programme la « création d’un centre d’accueil et d’écoute pour les jeunes notamment contre les LGBTphobies ». C’est un des rares candidats, avec Lionel Descamps, à avoir écrit « LGBT » dans son programme. Aujourd’hui, il confirme ses engagements envers la communauté LGBT.

Les autres candidats qui n’ont pas répondu aux questions envoyées :

ROUEN ANIMALISTE, Parti animaliste (M. Pierre-Alexandre GUESDON)
RASSEMBLEMENT NATIONAL (M. Guillaume PENNELLE)
AU COEUR DE ROUEN, Divers droite, apparenté LR (M. Jean-François BURES)
ROUEN AUTREMENT, LaREM et LR (M. Jean-Louis LOUVEL)
LUTTE OUVRIERE (M. Frédéric PODGUSZER)
RÉENCHANTONS ROUEN, Les Verts et PCF (M. Jean-Michel BÉRÉGOVOY)

Cherbourg

Le même exercice a été fait par le Centre LGBTI sur la commune de Cherbourg-en-Cotentin. Sur les 4 listes présentes aux élections municipales de mars prochain, seul le candidat PS, Benoît Arrivé, a répondu.

élections municipales à Cherbourg

Le candidat socialiste avec sa liste « Passion Commune » s’engage pleinement sur les 20 propositions du Centre LGBTI.

Récemment, le Centre LGBTI a ouvert deux permanences dans la Manche (Cherbourg et St-Lô). Ces nouvelles actions permettent de rompre l’isolement et la solitude des personnes. Le candidat Benoît Arrivé souhaite continuer cet effort.

Les autres candidats (M. Barzin VIEL, divers gauche ; Sonia KRIMI, La République en Marche ; et David MARGUERITTE, Divers Droite) n’ont pas souhaité répondre.

Mise à jour 11/03/20 : selon le Centre LGBTI de Normandie, la liste divers Gauche de Barzin Viel (Génération.s, Verts, LFI) a tout de même répondu : « nous n’avons pas prévu de nouveau vote qui serait indispensable pour valider collectivement ces propositions. Cependant, et puisque c’est la question, sachez que toutes les propositions sont envisageables ».

élections municipales 2020
(photo montage : Arnaud Jaegers d’Unsplash)

Les 20 propositions du Centre LGBTI de Normandie

Sur le modèle de Metz, le Centre a fait 20 propositions aux candidats, ainsi que la signature de la Charte Friendly Normandie. Voici un résumé des 20 propositions (+lire la description de chacune ici) (+lire réponses des candidats).

  1. créer un poste d’adjoint en charge des discriminations
  2. apporter un soutien financier et matériel pérenne aux associations LGBT
  3. Former le personnel communal à la lutte contre les discriminations
  4. imposer aux partenaires de la ville une charte de lutte contre discriminations notamment LGBT
  5. Former les agents d’accueils de la mairie et le personnel en lien avec les enfants aux discriminations et les identités de genre
  6. Adapter les formulaires administratifs sans discriminations pouvant être complétés par les couples, parents de même sexe et personne transgenre ou intersexe
  7. Traitement égalitaire dans les dispositifs d’aides de la mairie entre les couples de même sexe et hétérosexuels
  8. Porter une attention particulière aux personnes transgenres et intersexes en utilisant les prénoms d’usage
  9. Eviter toute stigmatisation des enfants issus des familles recomposées et homoparentales
  10. Former la police municipal aux questions LGBT
  11. Assurer un meilleur accompagnement des victimes de discriminations
  12. Veiller à la sécurité des établissements festifs, cible vulnérable
  13. Encourager les clubs sportifs à la lutte contre les discriminations
  14. Prendre en compte la lutte contre les discriminations LGBT+ pour l’attribution des subventions
  15. Encourager des bibliothèques inclusives (identité de genre, livres avec des personnes LGBT)
  16. Construire des rendez-vous inclusif à travers la ville dans un objectif de diversité
  17. Assurer la visibilité des personnes LGBT+ dans l’espace public (soutien marche des fiertés, cérémonies du souvenir,…)
  18. Mettre en place une campagne annuel de lutte contre les discriminations LGBT+
  19. Promouvoir la diversité dans la communication municipale
  20. Relayer les actions LGBT+ des associations au sein de la ville et assurer leur promotion (17 mai, TdOR, marche des fiertés…)

 

Derniers articles

Le Département des Pyrénées-Orientales signe la charte LGBT+

Le Département des Pyrénées-Orientales signe la charte de l'association LGBT+66 contre les discriminations et la défense des droits...

Metz. Un conseiller municipal RN qualifie « l’idéologie LGBT » de dérive sociétale

Grégoire Laloux, élu conseiller municipal du Rassemblement National s'oppose au versement d'une subvention à une association LGBT.. une dérive sociétale.

Homophobie et menaces de mort à l’usine Renault de Cléon

Julien repense à ces trois nuits à l'usine Renault. L'angoisse est parfois présente. Négligences de Renault Cléon ?

Une semaine autour du dépistage et de la santé sexuelle en Normandie

Les acteurs de la santé sexuelle en Normandie organisent la deuxième édition du dépistage du 23 au 29 novembre prochain (Vih, hépatites, IST...)

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé