Rouen : la Pride a rassemblé 3000 personnes (photos)

Exceptionnellement, pour cause d’Armada, la Marche des Fiertés 2023 s’est déroulée au mois de juillet à Rouen. Ce samedi 1er juillet les organisateurs ont comptabilisé 3000 personnes. Cette Pride était organisée par l’association Fiertés Colorées. Une marche voulue comme revendicative, politique mais aussi festive par les organisateurs.

De la rive droite à la rive gauche de Rouen, il y avait beaucoup de monde. Comme d’autres villes de France en régions, la jeunesse était largement majoritaire et très féminine. La Pride de Rouen portait de nombreuses revendications, décloisonnant les revendications sur le genre et l’orientation sexuelle avec celles sur le féminisme, l’immigration, la santé sexuelle notamment.

Village associatif et drapeaux LGBT+

Un village associatif avait ouvert dès la mi-journée au Square Verdrel avec la présence d’associations LGBT+. Le cortège a suivi un parcours similaire à l’année dernière : Hôtel de ville, République, quais haut rive droite, Boieldieu, Emmurées, Cours Carnot.

La Pride a terminé sur les quais bas rive gauche par différents shows et concerts avec notamment Christophe Madrolle et Icee Drag On.

L’association Fiertés Colorées a fait les choses en grand côté drapeaux. Toutes les communautés LGBT+ étaient représentées par de multiples étendards. Le public n’a pas hésité à acheter ces différents drapeaux au village associatif.

Les manifestants et manifestantes ont confectionné de nombreux panneaux sur de simples cartons pour revendiquer leurs désirs d’égalité et tout simplement de vie.

Sur la place de l’hôtel de ville, le public a été témoin d’un petit moment sympa quand un couple marié de sexes différents a fait sa sortie de la Mairie après sa cérémonie de mariage. Le couple de jeunes mariés n’a pas hésité à lever le point portant le bouquet de la mariée en étendard. En réponse à leurs sourires et à leur geste, le public les a applaudit chaleureusement.

Revendications

Certes festives avec musique et char, la Pride de Rouen reste une manifestation. L’association Fiertés Colorées insiste régulièrement pour le faire savoir. Dans ses discours et ceux des « invités », le ton était clairement offensif. La lutte contre l’homophobie, les LGBTphobies n’est pas terminée.

Les demandeurs d’asiles LGBT+ ont pris la parole. Après avoir rappelé que 11 pays condamnent à mort les personnes LGBT+, ils demandent d’accélérer les délais de traitement d’asile. Par ailleurs, ils craignent que les prochaines lois sur l’immigration remettent cause ce droit d’asile : « ll faut une politique migratoire juste qui respecte la dignité humaine et non une politique répressive ».

Le mouvement féministe a rappelé justement que « nous constituons nous aussi des familles. Nous refusons de nous taire. La seule réponse est une riposte féministe en réunissant toutes les causes ».

Amnesty International a demandé à la Communauté LGBT+ de se mobiliser pour les personnes LGBT en Pologne où les lois ne protègent plus les différentes orientations sexuelles.

Il faut noter que les discours ont souvent mis en cause l’attitude des membres du Gouvernement et notamment le Ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin. « C’est à nous de nous défendre. A nous de faire respecter nos identités de genre et sexuelles. Ne comptons pas sur le Gouvernement. N’oublions pas qu’il y a des membres qui sont opposés à nos droits. »

Trans, TDS, santé, intersexe…

Lors de cette Pride à Rouen, de nombreuses revendications concernaient les personnes trans. Leurs représentants à Fiertés Colorées demandent « la PMA (procréation médicalement assistée) pour les hommes trans ». Ils ajoutent : « On se heurte aux praticiens qui ne veulent pas s’occuper des personnes trans. De plus, le Gouvernement reçoit des militants anti-trans. Exigeons la depsychiatrisation pour les personnes trans. Exigeons le changement d’état-civil sur simple déclaration ».

Les travailleurs et travailleuses du sexe (TDS) ont également pris la parole en demandant à être respectés. Et un petit clin d’oeil à quelques participantes… « Le féminisme doit respecter toute les femmes même les TDS ! ».

Les questions santés ont été soulevées notamment par l’association Aides Normandie. Les bénévoles demandent une meilleure prise en charge des frais de santé et un meilleur accès aux vaccins pour le public LGBT+.

En outre, et au-delà des revendications, la Marche des Fiertés de Rouen a observé une minute de silence en hommage aux victimes du VIH et des LGBTphobies. Dans un silence de plomb, l’ensemble du public s’est assis au sol. Un instant de recueillement très émouvant et particulièrement respecté.

Il faut aussi noter le discours des personnes intersexes qui ont soulevé un véritable sujet sur leur invisibilité dans la Communauté LGBT+. Les enfants intersexes représentent 1,7% des naissances en France (12 800 en 2019). Pour les militants et militantes : « nos vies sont ignorées. Nous demandons l’arrêt des mutilations et réparations. Il est temps d’ouvrir les yeux sur les intersexes ». En effet, la France reste toujours à la traîne. Plusieurs fois condamnée, les enfants intersexes restent mutilés pour des raisons sociales. (lire aussi un article Le Monde, accès payant).

Un contexte particulier…

Enfin, cette Marche des Fiertés s’est déroulée dans un contexte particulier. Le mardi 27 juin, un jeune homme de 17 ans, Nahel, est tué par un policier à Nanterre. Les deux veilles au soir, des heurts et violences se sont produits dans de nombreuses villes de France, dont Rouen. Quelques cris contre la police de la part de manifestants et manifestantes ont été portés dans le cortège. Une banderole avait été posée au Square Verdrel, lieu de départ de la Pride à Rouen.

Les photos de la Pride à Rouen le 1er juillet 2023

La Marche des Fiertés de Rouen clôture le programme des Pride en Normandie après Caen, Alençon, Fécamp, Cherbourg, Vernon et Le Havre.

Le mois des fiertés est devenu un événement national. Comme l’a indiqué l’organisateur rouennais, Fiertés Colorées, « ces marchés rappellent l’urgence de se mobiliser pour l’égalité ».

(revoir également la Marche des Fiertés 2022 à Rouen)

Dernières infos en Normandie

Un weekend fétichiste en Normandie dans une communauté chaleureuse

En Normandie la Communauté Fétichiste est pleine d'ambitions. Depuis 2023, les fétichistes développent leurs activités dans la région...

Bénédiction des homosexuels par l’Église, des divergences en Normandie

Le Vatican autorise la bénédiction des personnes homosexuelles. Une petite révolution mais le flou demeure... En Normandie, qu'en est-il ?

Faute de bénévoles, la Pride de Caen 2024 menacée. L’appel du Centre LGBTI

Comme un appel au secours, le Centre LGBTI a besoin de bénévoles pour l'organisation de la Marche des Fiertés 2024 sur Caen...

Près de Rouen, violence conjugale, le mari agresse son conjoint avec un couteau sous la douche

Une attaque au couteau qui aurait pu être fatale. Il est rare de relater des violences conjugales au sein des couples de même sexe...

Autres infos LGBT+ en Normandie

Le Magazine LGBT+

Les guides LGBT en Normandie

spot_img
spot_img