Caen : 3000 personnes à la Marche des Fiertés du 18 juin

Les conditions météo étaient idéales pour que la Pride 2022 soit une réussite à Caen. 3000 personnes ont défilé dans les rues de la ville ce samedi 18 juin, un beau succès. Le Centre LGBTI de Normandie était l’association organisatrice de cette Marche des Fiertés.

Marche des Fiertés à Caen le 18 juin 2022
(Marche des Fiertés à Caen le 18 juin 2022 – compte twitter Centre LGBTI de Normandie)

Le jeune public a répondu présent. Les drapeaux arc-en-ciel, symboles de la Communauté LGBT+ étaient en nombre. Tout a commencé vers 14h place de la République à Caen. Un village associatif dit village des Fiertés était disposé sur la place. Le public a pu rencontrer et discuter avec les bénévoles du Centre LGBTI de Normandie. D’autres associations étaient présentes : Enipse pour la prévention et la santé, et également Les Enfants Terribles, le Planning Familial, le Collectif Droit des Femmes, Amnesty International et le Collectif Chardon Ardent (collectif de TDS).

Comme chaque année de 14h à 18h, le public pouvait réaliser un dépistage rapide, gratuit et anonyme sur le VIH, et les hépatites (B et C).

Nouveautés 2022

Petite nouveauté cette année 2022, il n’y avait pas de char ou de musique pendant le cortège, ni de soirée. Comme à Rouen et au Havre, le Centre LGBTI de Normandie a souhaité mettre l’accent sur le volet revendicatif en laissant le côté festif au village associatif. Au-delà du caractère « politique », l’organisateur a été attentif aux personnes LGBT+ sensible au bruit en limitant la résonance musicale. De plus, une partie du cortège était réservé aux personnes sensibles aux bruits et aux personnes en situation de handicap.

Le Centre LGBTI de Normandie explique sa position dans son discours introductif : « Nous ne pouvons pas venir nous rassembler ici seulement dans une logique festive. (…). nous avons aussi le devoir de montrer et de crier notre rage. Car oui, l’Etat se fait complice des discriminations et des violences qui nous oppressent et nous tuent ! ».

Toutefois, des percussions brésiliennes (batucada) étaient présentes pour assurer le rythme du défilé. A la fin du cortège, comme l’année dernière, Pierre, un bénévole a magnifiquement donné de la voix.

« Vivre, pas survivre »

Le discours du Centre LGBTI de Normandie était très revendicatif. A la veille du deuxième tour des élections législatives, les échéances électorales constituaient le décor. Le slogan de la Pride 2022 annonçait la tonalité du discours : « vivre, pas survivre ».

« Aucune personne queer ne devrait avoir à cacher son identité de genre, son orientation sexuelle, ni ne devrait se censurer au point de mentir sur sa vie privée auprès de ses collègues (…) ». Et d’ajouter : « les violences ordinaires familiales, scolaires, médicales, professionnelles, minent des existences et ne laissent parfois d’autre issue aux personnes qui les subissent, que de renoncer à vivre. »

Les LGBTphobies restent une préoccupation importante dans les Prides. Pour cette marche des fiertés, le Centre LGBTI de Normandie revendique notamment la fin des mutilation des enfants intersexes, le soutien des travailleurs du sexe, le droit d’asile LGBT, l’aides aux personnes LGBT en situation de handicap, transgenre,… (lire le discours sur les dernières image du diaporama…)

Les photos sur les réseaux sociaux…

Contact Centre LGBTI de Normandie : site webtwitterinstagramfacebook

Revoir les images de la Pride 2021 à Caen

à lire

Venus Sauna gay à Évreux

Ce sauna gay est près d’Évreux. Arrivé en 2022, Vénus Sauna prend la relève du Clèm avec des créneaux gay et mixte : jacuzzi, hammam, backroom

À Caen, le bar gay l’Apollon recherche un repreneur après 22 ans de service

Une page pourrait se tourner dans la vie LGBT à Caen. Le bar gay l'Apollon recherche un repreneur. Il fêtera ses 22 ans dans quelques mois...

Caen : tabassés car supposés homosexuels, la justice condamne partiellement

Trois jeunes sont condamnés par le tribunal de Caen après avoir tabassés deux hommes qu'ils estimaient homosexuels...

La culture gay en musique : 1984-1989 : les années sombres

La musique des années 80 voit apparaître de nouvelles icônes gays avec en toile de fond les ravages du sida et le début du militantisme...