À Rouen, Enipse ouvre son premier local en France avec des permanences sur la santé sexuelle

La prévention et les questions de santé sexuelle sont des questions permanentes au sein de la communauté LGBT. L’association nationale ENIPSE a la particularité d’être en contact direct avec les commerces et les lieux LGBT. Ses chargé.e.s de prévention parcourent le territoire et organisent des actions de sensibilisation sur la santé sexuelle (pratiques, dépistages Vih, hépatites…). Ils diffusent le matériel de prévention.

Ouverture de la permance Enipse
(Micheline et Benjamin d’Enipse – photo Gayviking)

ENIPSE (Equipe Nationale d’Intervention en Prévention et SantE) fête ses 30 ans. Elle participe quasiment à toutes les actions de la communauté LGBT sur la région.

Une implantation locale

Cette année, l’association engage une nouvelle phase. En plus de sillonner les routes de nos régions, l’association s’implante localement et physiquement. Elle ouvre son premier local en France. C’est en Normandie, à Rouen, qu’a lieu cette première.

Micheline, chargée de prévention en Normandie, nous dit « être très fière d’ouvrir ce local. » Elle ajoute également « être fier que cela soit dans ma région ».

permanence local Enipse
(Local Enipse – photo Gayviking)

La vitrine extérieure n’est pas encore habillée aux couleurs de l’association. L’enseigne affiche encore « plomberie », l’ancien propriétaire du local. Tout un symbole pour une association dans la santé sexuelle. Seule une affiche « Enipse » posée sur la porte d’entrée annonce la couleur.

Un point de repère pour le public et les commerces LGBT

A l’intérieur, deux pièces avec deux bureaux, une salle de convivialité. Un espace à l’abri et isolé est aménagé pour réaliser des dépistages gratuits, rapides et anonymes, dans les règles fixées par les autorités de santé. L’association conventionne avec l’Agence Régionale d’Hospitalisation (ARS) comme relais d’informations et acteur du dépistage.

Ce local permettra « d’être un point de repère pour nos partenaires, tant pour les commerces LGBT que pour le public, tout le public » nous indique Benjamin, le délégué régional d’ENIPSE. Il ajoute : « que des formations avec les acteurs LGBT+ se dérouleront dans ce local. »

Trop, dépistage Trod
(Simulation dépistage Trod – photo Gayviking)

Mais, pour le grand public, la grande nouveauté est la mise en place de permanences sur la santé sexuelle. « Ces permanences permettront de s’informer sur toutes les questions de santé, sans tabou » nous dit Micheline.

Une permanence tous les samedis de 15h à 19h

Par ailleurs, « chacun.e pourra demander un dépistage lors des permanences. C’est un endroit bienveillant, convivial, sans jugement, et en toute confidentialité » ajoute Benjamin.

Ces permanences se déroulent tous les samedi après-midi (sauf jours fériés) de 15h à 19h à compter du 4 juillet (au local, 19 rue Alsace Lorraine à Rouen – station « république » Teor 1-2-3).

L’intérêt de choisir le samedi comme jour des permanences est également stratégique dans l’offre d’Enipse. « Le samedi après-midi permet aux personnes de venir en toute discrétion, entre deux courses, et aussi de tout âge, jeunes et moins jeunes » précise Benjamin. Venir un samedi après-midi peut aussi être l’occasion de venir faire un dépistage discrètement avant de rejoindre les copain.e.s pour une soirée.

L'équipe d'Enipse Rouen
(Photo : Gayviking)

Des offres qui se complètent…

De plus, le samedi est le seul jour de la semaine où une permanence de santé sexuelle est ouverte sur l’agglomération rouennaise. Les Cegidd ne sont ouverts qu’aux heures de bureaux en semaines. Ces permanences sont également complémentaires de celles de Aides Normandie qui officie les jeudis.

Lors de certaines permanences une personne épaulera l’association pour faire une traduction en langue des signes.

Enfin, l’équipe régionale d’Enipse se renforce en Normandie. L’association recherche un second chargé de prévention pour la région afin de mettre en place un binôme (contacts à la fin de l’article).

Focus, interview

Antonio Alexandre, directeur national d’Enipse

Antonio Alexandre d'Enipse
(Antonio Alexandre d’Enipse – photo : L. Dambreville)

Gayviking : Il s’agit du premier local par Enipse au niveau national. Que représente cette ouverture pour Enipse ?

Antonio Alexandre : Oui, c’est la première fois que la structure ouvre une antenne physique en région. Nous allons pouvoir recevoir du public mais aussi en cas de besoin prêter notre local pour des réunions associatives.

L’Idée est de développer de nouvelles interventions en santé en direction de différents publics que nous ne pouvions pas réaliser sans un point d’attache.

une nouvelle visibilité

En effet, notre équipe en France réalise plus de 2000 actions actions « outreach » dans les établissements festifs, dans d’autres locaux associatifs, à l’hôpital ou dans les CeGIDD. Alors, nous n’avons pas forcément la nécessité d’augmenter nos coûts de fonctionnement par la gestion d’un local associatif dans les différentes régions, à part notre siège parisien et son équipe.

Mais les choses bougent, et notre implantation physique nous donne une autre visibilité, nous inscrit dans le paysage local d’une Ville, participe à la dynamique du tissu local associatif et donc de projets.

Il faut dire aussi qu’avec 25 salariés répartis en France, l’équipe émet également et à juste titre, le souhait d’avoir un lieu dédié pour travailler, se retrouver, débriefe.

Gayviking : Pourquoi avoir choisi la Normandie et notamment Rouen ?

Antonio Alexandre : Trois critères sont importants à mes yeux, la stabilité de l’équipe, les projets nouveaux que souhaitent porter notre Délégué de région et la pérennité de nos financements.

Ouverture de la première permanence en France
(Photo : Gayviking)

Le bien-être des personnes LGBT+

Dans le cas de Rouen, j’ai eu la totale, je me devais donc de réfléchir à la demande de Benjamin, notre délégué de région en charge de la Normandie et des Hauts-de-France au projet qu’il m’avait soumis pour une meilleure coordination de nos actions. Après, c’est l’opportunité de trouver un local intéressant, très bien placé que l’équipe va pouvoir animer et faire vivre. J’espère pour le bien-être des personnes LGBT+.

Gayviking : D’autres ouvertures sont-elles en préparation en France ?

Antonio Alexandre : Oui, à Nice et à Marseille, 7/8 personnes une équipe solide, engagée, avec de nouveaux projets en santé sexuelle auprès de nos publics LGBT+, mais aussi notamment auprès des étudiant.e.s dans les facultés, nous pourrons ainsi toucher plus directement parmi ces étudiant.e.s les jeunes LGBT+. Montpellier, Toulouse… Lyon, Bordeaux … Lille, Rennes … à suivre donc

Le sens du projet associatif

Cela étant, chaque ouverture d’antenne locale doit avoir un sens dans notre projet associatif. D’ailleurs à la rentrée prochaine, je réunis l’ensemble de mes Délégués de région, puis nos administrateurs afin de bâtir ensemble un nouveau projet, pour 2021/2026. A chaque période de 5 ans environ, nous devons essayer de nous réinventer de bousculer nos habitudes avec pour but d’apporter la meilleure prise charge possible, avec nos contacts, avec nos relaies, en matière de santé à notre communauté mais aussi fort de notre expérience en santé communautaire l’ouvrir à tou.te.s.

Pour aller plus loin

Derniers articles

« Je suis pas comme ça », un film au coeur de l’homophobie (court métrage)

Deux collégiens harcelés pour une homosexualité supposée. Ce court métrage tourné en Normandie parle d'homophobie. Le voir en intégralité sur Gayviking.

MIEL, la nouvelle association LGBT+ à l’Université du Havre

La nouvelle association LGBT en Normandie à l'Université du Havre. MIEL, seule association à destination des étudiant.e.s. Rencontre avec Syrinne et Sage.

La Manif pour tous est de retour. Un appel à contre-manifester au Havre

La Manif pour tous et les Associations familiales catholiques ont manifesté ce samedi. Mais une contre-manifestation s'est organisée, entre 100 et 200 participant.e.s

À Rouen, la semaine des fiertés se clôture au village associatif (photos)

La détermination des militants LGBT était intacte. Après l'annulation de la Pride, les associations ont organisée leur semaine des fiertés.

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé