Une étude médicale controversée présentée à Rouen

choix_homo_hetero
(article publié le 9 juillet 2010)
Quelle est l’origine de l’homosexualité ? C’est une vaste question mais autant se demander : « pourquoi j’aime le chocolat.. ? ». Du 11 au 15 juillet 2010 se déroulera à Rouen le 7ième congrès international de neuroendocrinologie à la faculté de médecine.

L’homosexualité, origine biologique ?

A cette occasion, Jacques Balthazart, chercheur à l’Université de Liège, présentera une thèse retranscrite dans son livre « Biologie de l’homosexualité. On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être » qui fait couler beaucoup d’encre . Pour le chercheur, l’homosexualité n’est pas un phénomène d’éducation ou d’une relation mal vécue avec les parents. Pour lui c’est le contraire. On naît homosexuel, on ne choisit pas de l’être. Pour Jacques Balthazart, l’homosexualité ne relèverait pas d’un choix mais serait d’origine biologique. Selon lui il serait ainsi possible de modifier les caractéristiques comportementales du sexe.

balthazart-jacques

biologie-homosexualite

Le risque est de reconsidérer l’homosexualité comme une maladie..

Les scientifiques, notamment américains, cherchent depuis plus de 20 ans « LE gène » de l »homosexualité, sans succès. Selon Jacques Balthazart, il est probable que plusieurs gènes sont impliqués dans un éventuel déséquilibre hormonal durant l’embryogenèse. Mais la cause de ce déséquilibre pourrait également être extérieure. Certaines études suggèrent qu’un stress très important subi par la
mère durant la grossesse pourrait déséquilibrer la machine hormonale de l’embryon et influencer durablement l’orientation sexuelle de l’individu.
Cette vision de l’origine de l’homosexualité est particulièrement dangereuse. La théorie de Jacques Balthazard suggère implicitement qu’un remède pourra être trouvé contre l’homosexualité. C’est comme si on disait que les homos étaient aujourd’hui des malades.

droit_de_cite1

Réaction de l’association normande LGBT Droit de Cité

L’association LGBT Droits de Cité questionne la venue du chercheur J. Balthazart et les conséquences de sa thèse sur l’origine prénatale et biologique de l’homosexualité.
Laffiche_icn2010dGBT Droits de Cité questionne l’utilité de cette recherche, son parti prit péremptoire et ses possibles dérives discriminantes et eugénistes et revendique l’égalité des droits comme réponse à la lutte contre l’homophobie : «Il est possible de modifier expérimentalement les taux d’hormones auxquels sont exposés les embryons… Et à l’âge adulte on retrouvera des caractéristiques comportementales du sexe opposé bien que les structures morphologiques et génitales de l’animal n’aient pas été modifiées.»
Pour l’association : « Un tel raisonnement ne fonde-t-il pas la distribution des rôles sexués sur des mécanismes biologiques, en écartant les travaux menés en sciences sociales sur la question du genre (des rapports sociaux de sexe) ? Cette théorie ne véhicule-t-elle pas le préjugé courant selon lequel l’homosexualité serait due à un «excès» de caractéristiques de l’autre sexe ?
Bref, ne s’agirait-il pas encore d’un «fumeux amalgame» entre sexe et sexualité ? Si depuis plusieurs dizaines d’années, de nombreux psychiatres, endoc
rinologues et autres biologistes se sont attachés à rechercher «les causes» de l’homosexualité, perçue comme «anormalité», LGBT Droits de Cité considère que cette recherche repose sur une vision stéréotypée du sexe, du genre et de la sexualité. Elle évite soigneusement de poser la question de l’origine de l’hétérosexualité et ne fait que stigmatiser et catégoriser la personne homosexuelle dans un contexte naturalisé hétérosexuel. »

homos-et-alors

Une bien mauvaise acceptation de l’homosexualité

Le chercheur, Jacques Balthazart, essaye également de se trouver une bonne conduite en précisant que sa thèse est de nature à favoriser l’acceptation de l’homosexualité : « Si l’homosexualité n’est pas un vice ou une perversion, affirme-t-il, et quelque part même pas un choix, il n’y a aucune raison de persécuter les homosexuels« . Mais pourquoi les homosexuels devraient être persécutés ?! Décidément, nous n’avons pas le même sens des mots.

Pour aller plus loin…

plus d’infos sur l’association LGBT Droit de Cité (cliquez ici)
L’association «LGBT Droits de Cité», mouvement citoyen pour l’égalité des droits des lesbiennes, gays, bisexuel-les, et transexuel-les, inscrit son action militante dans la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle en Haute-Normandie. (voir aussi le site de l’association : cliquez ici)

voir article de TETU.com sur ce débat en février 2010 (cliquez ici)
voir article du journal Le Monde sur le sujet en février 2010 (cliquez ici)

voir page de Jacques Balthazart, Université de Liège (cliquez ici)

à lire

WAG, le magazine gay du grand ouest, disparaît

Le magazine gay du grand ouest WAG disparaît et cesse ses publications notamment en Normandie. Une nouvelle perte pour les médias LGBT...

Venus Sauna gay à Évreux

Ce sauna gay est près d’Évreux. Arrivé en 2022, Vénus Sauna prend la relève du Clèm avec des créneaux gay et mixte : jacuzzi, hammam, backroom

À Caen, le bar gay l’Apollon recherche un repreneur après 22 ans de service

Une page pourrait se tourner dans la vie LGBT à Caen. Le bar gay l'Apollon recherche un repreneur. Il fêtera ses 22 ans dans quelques mois...

Caen : tabassés car supposés homosexuels, la justice condamne partiellement

Trois jeunes sont condamnés par le tribunal de Caen après avoir tabassés deux hommes qu'ils estimaient homosexuels...