Santé : l’urétrite : le zizi qui coule tout seul et qui brule !

Bonjour les gays ! Je vais vous parler de l’urétrite. C’est une infection de l’urètre, le tuyau au centre de votre zizi, celui qui transporte l’urine, le liquide préséminal et le sperme. Ça arrive chez les femmes, mais je vais surtout m’adresser aux hommes.

wc-gay

LES SYMPTOMES

– plus ou moins franc, vous pouvez être très gênés par les symptômes ou au contraire avoir des symptômes peu embêtant mais qui durent
– écoulement spontané et fréquent du pénis, de consistance et couleur variable
– brulures en urinant, parfois gêne et besoin de pousser pour uriner
– parfois c’est votre premier gros pipi du matin qui est le plus gênant et qui donne la plus grande sensation de brulure
– sensation de démangeaison dans le tuyau lui-même (prurit canalaire, si vous préférez le vocabulaire médical)
– l’ouverture de l’urètre au niveau du gland peut être collée,
– parfois les symptômes sont moins bruyants et moins évidents : juste des taches dans les sous-vêtements (à différencier des gouttes de liquide préséminales que beaucoup d’hommes produisent quand ils sont très excités, et qui sont normales).

On peut avoir tous les symptômes ou un ou plusieurs parmi eux, plus ou moins intenses.

u203LES CAUSES

1) les bactéries : le gonocoque,Chlamydia ,Trichomonas, Mycoplasme, Ureaplasma
2) “champignons ” type Candida (parfois dans un contexte d’infection du gland par ce champignon)
3) Virus type Herpes
4) tuberculose(enfin c’est pas super courant mais ça existe)
5) parfois un microbe responsable n’est pas toujours retrouvé.mais ces cas ont diminué depuis les progrès faits par les tests de labos.

LES CONSEQUENCES

1)Dans le cas d’un gonocoque.
Lisez bien ceci mes petits gays, ça vous refroidira peut-être le slip si vous aimez les boites à Q parisiennes (si vous y allez, mettez des CAPOTES,enfin comme d’habitude):

“Les homosexuels et bisexuels masculins, notamment à Paris,sont un groupe à haut risque. Entre 2000 et 2002, à Paris, 60% des uretrites à gonocoques survenaient chez des homosexuels et un tiers d’entre eux étaient séropositifs pour le VIH. Les gonococcies anorectales sont également en progression depuis 1995″(tiré du PiLLy,cf référence en fin d’article)

– la symptomatologie de l’urétrite à gonocoque est parmi les plus bruyantes(mais pas constamment):brulures en urinant type chaude pisse,écoulement urétral sale (”purulent”) jaune verdâtre

– l’incubation est sans symptômes pendant 2 à 7 jours, mais pendant cette période vous êtes contagieux

À traiter en urgence !

LE TRAITEMENT EST URGENT. N’ATTENDEZ PAS. ALLEZ MONTRER VOTRE ZIZI BAVEUX RAPIDEMENT AU DOCTEUR ET TANT PIS POUR LA PUDEUR !

-il y a d’autres formes d’infection à gonocoque, qui peuvent accompagner ou succéder à l’urétrite si elle est mal traitée : gonococcie disséminée (surtout chez les homos et les femmes) avec fièvre, douleurs articulaires, inflammation des articulations, pustules, atteinte de la peau, atteinte des yeux, méningite, atteinte du muscle du cœur ou même de l’intérieur du cœur(myocardite et endocardite), parfois aussi des atteinte de la région du foie (perihépatite)

2) si l’urétrite est non ou mal traitée, elle peut récidiver, ou même devenir chronique
3) parfois la gêne peut persister:j’aime bien cette phrase qui le décrit bien “sentir l’existence de son urètre”(habituellement on ne le sent pas)
4) rétrécissement définitif de l’urètre(ça peut gêner en urinant et complications avec l’âge, difficultés à vous sonder quand vous serez un vieil homo avec des problèmes de prostate)
5) infection de la prostate(douloureux, long à traiter, même infection de l’épididyme(le tuyau qui sort du testicule pour amener les spermatozoïdes) très douloureux
6) parfois certains hommes entretiennent un écoulement alors qu’il n’y a plus d’infection de l’urètre : obsédés par l’écoulement ; ils se tripotent le gland et le trou de l’urètre à la recherche du moindre petit écoulement.ça créerait des lésions qui peuvent se sur-infecter
7) parfois des surinfections avec des germes non habituellement retrouvés dans l’urètre, en cas de traitement inadapté.

Urétrite : quoi faire ?

prelevt1) consultez rapidement un médecin.plus vite vous serez traités moins il y aura de risque de complication et de transmission à d’autres personnes
2) le diagnostique du germe est important.
IL FAUT TOUJOURS FAIRE UN PRÉLÈVEMENT (pour savoir quel microbe on traite, et si le traitement est adapté et s’il n’y a pas de résistance au traitement)
3) Toujours faire le prélèvement au labo AVANT de prendre les médicaments(sinon ça fausse potentiellement les résultats du prélèvement).
4) ne pas essayer de drainer soit même le liquide qui coule.c’est pas du sperme ou de la mouille(quelle belle expression, ça se mange pas….je précise toujours, on sait jamais….)
5) faites attention aux médecins qui vous disent que
– “c’est rien, c’est une cystite”:c’est rare la cystite chez l’homme jeune en bonne santé
– pas besoin de prélèvement, on traitement antibio tout de suite :méfiez-vous, ils ne suivent pas les recommandations actuelles

Le prélèvement

LE PRELEVEMENT: N’AYEZ PAS PEUR
– les techniques de prélèvement ont changé
– les techniques varient mais se ressemblent
– le Pilly conseille un prélèvement sans écouvillonage le matin avant le premier pipi ou la toilette du zizi ; s’il n’y a pas assez d’écoulement, faire un prélèvement par écouvillonage de l’urètre (vous inquiétez pas, on va pas vous déboucher le tuyau jusqu’à la prostate).
– certains labos font un prélèvement des urines de premier jet
-s ‘assurer que le médecin demande la recherche de germes atypiques sur l’ordonnance de prélèvement

Le traitement de l’urétrite

LE TRAITEMENT : OBLIGATOIRE,URGENT ,SIMPLE ET RAPIDE
– c’est tout simple
– pour le gonocoque:une injection unique par infirmière de Rocephine en intramusculaire(un antibiotique).ça vous excite peut-être pas,mais vaut mieux avoir la fesse endolorie quelques minutes qu’une complication du gonocoque(en plus les fesse endolories vous avez l’habitude )
– pour chlamydia, antibiotique type Zythromax en une prise unique (=traitement minute) ou traitement par Doxycycline pendant 7 jours(un peu plus long ,mais ça agit sur d’autres germes en plus)

Ne pas oublier

– pas de pipe ou baise sans capote quand vous avez ces symptômes, vous êtes CONTAGIEUX
– faire des bilans mst (vih, syphillis, hepatites) réguliers
– mettre des capotes si vous avez des plans avec partenaires différents ou un partenaire régulier mais qui baise aussi ailleurs.

Si vous avez des questions sur les urétrites, même si elles vous paraissent bêtes, n’hésitez pas à demander.

Si vous êtes en couple stable sans aventures extraconjugales non protégées, vous avez peu de risque que ça arrive, mais ça peut arriver à n’importe qui(même les hétéros en couple monogame).les celibs et libertins open ,mettez des capotes, et amusez vous ” .

Mes sources

1)Pilly 20e edition 2006 CMIT Collège des universitaires de maladie infectieuse et tropicale
2)”Les aspects recents des MST ” ed Frison-Roche sous la direction de MH Libert 1993
3)”Les maladies transmissibles sexuellement” sous la direction de F Turgeon et M.Steber,ed Les presses de l’Université de Montreal 1994

J’en ai fait un résumé de vulgarisation. si quelqu’un a des données plus récentes ou des corrections, merci de m’en faire part.

 

Derniers articles

Nouvelle date pour la Pride à Rouen : le 3 octobre

Après le report pour cause de Covid-19, la Marche des Fiertés 2020 se déroulera le samedi 3 octobre. Cette Pride s'inscrit dans la "Friche des Fiertés".

Caen : le bar associatif l’Aqueerium lutte pour sa survie et fait appel aux dons

Le coronavirus met en difficulté le bar l'Aqueerium. Un bar au carrefour des activités LGBT, queer et féministes sur Caen. Il fait appel aux dons...

Visibilité des lesbiennes : pourquoi est-ce si important ?

Créée en 1982, le 26 avril est la Journée...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé