Rouen : les commerces gay affichent un bilan contrasté et certains déchantent

Sept bars au lieu de trois, un sex-club de plus et une boîte de nuit: la totale ! Le nombre d’établissements gays et lesbiens avait explosé à Rouen en 2003. Mais arrivée à la fin année 2004, beaucoup ont déchanté. Retour sur expérience des commerces gay…

Bars gay

« L’insolite », a réussi à s’imposer au lendemain de la fermeture du mythique Bloc’House. C’est une belle réussite même si le bar est petit. De son côté, « le petit marais », est un peu isolé du centre. Il peine à trouver sa clientèle mais réagit nerveusement avec de belles soirées à thème.

« L’intemporel » devait réussir dans l’originalité par son côté bouquiniste. Mais il a fermé cette année. Il n’a pas trouvé de clientèle fidèle.

Enfin le « Blues » devait viser une clientèle plus haut de gamme. Mais avec des prix moyens de 10 euros… comment dire… Pas à Rouen. Il a été vendu cette année. Toutefois les patrons se sont concentrés sur un sex-club plus prometteur.

L’émulsion des commerces gay dans la vie rouennaise n’a été que de très courte durée… Trop de bars en une seule année pour une clientèle restreinte ; les rouennais aiment bien restée chez eux devant la télévision ou internet, … ou bien les endroits sombres mais pas dans les bars.

Espoir : un nouveau bar à Rouen, rive gauche continue de tenter l’expérience : « le privilège » ouvert en septembre 2004.

Discothèques

Rouen a de nouveau enfin une boîte 100% gay. « le Smart », ouvert en 2003, remporte un très grand succès.

De son côté, rive-gauche, rue Malherbe, l’Ex-Queen, l’ex-boy… l’ex-Ku rechange de nom (décidément) pour devenir fin 2004 : « K VIP ». Mais la clientèle homo se raréfit et se concentre uniquement sur le dimanche soir.

LE CHAKRA (gayfriendly)

Pour rappel, le TRAXX, la boîte mythique de Rouen a fermé ses portes en décembre 2003 pour laisser la place au CHAKRA (rien ne change, ou presque,… on recommence). La discothèque reste un endroit très gay friendly.

Rencontres…

Enfin, après quelques éclaircissements bucoliques entrepris par Monsieur le Maire, le Square n’est plus ce qu’il était : « vive » les Sexes Clubs ! En effet, la Mairie de Rouen a couper de nombreux arbustes sur ce haut lieu de drague gay.

Il faut tourner nos regards du côté des sexe-club. Le Club 66 n’est plus seul… et risque de se laisser distancer par le « C », nouvel établissement qui se veut le plus grand sexe club de Normandie.

Face à cette nouvelle concurrence, le sauna « les Trois Colonnes » réagit assez vite en élargissant ces plages horaires le soir.

Décidément à Rouen pour une fois sa bouge !

à lire

La première Marche des Fiertés à Cherbourg ce 3 juin

En 2022, il ne s'agissait que d'un rassemblement. Aujourd'hui, en 2023, la première Marche des Fiertés verra le jour à Cherbourg...

La première Marche des Fiertés à Fécamp avec Rainbow’n Caux

Fécamp met les voiles sur sa première Marche des Fiertés. A son bord, un nouveau collectif LGBT+ : Rainbow'n Caux. Rencontre...

Éducation et LGBTI+ côté enseignants, un évènement à Rouen au Musée national de l’Éducation

Un temps de rencontre avec le grand public est proposé au Musée national de l'Éducation. Le thème porte sur les enseignants...

Association à Dieppe : Phoenix Queer succède à God Save The Queer

C'est avec étonnement que nous avons appris la disparition...