Rouen : agression lesbophobe et anti-féministe contre Alice Coffin à la Friche Lucien

Rouen en Seine-MaritimeCertains diront qu’offrir des fleurs est un acte de bienveillance. Mais on peut aussi détourner ce geste pour marquer son hostilité contre un mouvement, en faire un symbole. Ce 16 juin à Rouen, Alice Coffin, militante politique et féministe, est prise à partie par des militants extrême-droite lors d’une conférence sur le féminisme à Rouen.

Alice Coffin Lucien Les Normaux
(Crédit photo : « Les Normaux » via Facebook)

un acte lesbophobe

Depuis la fin du mois des Fiertés et de la Pride à Rouen, le lieu culturel, La Friche Lucien, accueille le mois du féminisme : conférences et débats se succèdent.

Ce mercredi 16 juin, le Groupe d’Action Féministe invite Alice Coffin à une conférence, notamment pour présenter son livre « Le génie lesbien », un essai sur la construction contemporaine du féminisme. Aline Coffin est surtout une militante féministe LGBT. Elle est aussi journaliste et élue Vert au Conseil de Paris. Certes ses prises de positions lancent débats et prises de positions parfois clivantes, même parmi les féministes. Toutefois, derrière ses interventions, il y a une vérité, celle de la nécessité de remettre en cause les normes discriminantes, blessantes et violentes d’une société très masculine, avec pour corollaire la lesbophobie, les LGBTphobies et plus généralement le rejet de pouvoir être différent, simplement être une femme, être lesbienne.

Alors, Alice Coffin est une cible facile pour ses opposants à court d’argument, voir sans aucune démonstration. Et c’est bien ce qu’il s’est passé à Rouen ce 16 juin : un acte puéril et lesbophobe où toute la communauté LGBT devrait prendre conscience.

comportement agressif

Le groupe dit « les normaux » (sic) a orchestré un mise en scène filmée à l’image de ce que fait le groupuscule « génération identitaire ». Un homme est monté sur scène pendant la conférence en costume-cravate et a apporté des fleurs à Alice Coffin. Genou à terre, il a déclaré « Je sais que vous n’êtes pas ce bord-là, mais pourquoi n’aimez-vous pas les hommes ? ». Plus tard, une banderole sera déployée sur un conteneur avec les mêmes mots.

Le public rapportera que le comportement du groupe des « normaux » était agressif. « La tension est montée. On était en sous nombre, ils ont commencé à vouloir frapper les personnes du staff. Chemises et T-shirts arrachés, poignet foulé… Ils étaient très agressifs. On a également reçu des menaces de mort, tandis qu’ils nous prenaient tous en photo. » raconte Simon Ugolin, l’organisateur de la Friche Lucien sur Paris-Normandie.

Dans la nuit précédente, des affiches contre le mouvement féministe avaient été accolées dans les rues de la ville, à l’image de ce que font les groupes d’action féministes pour faire prendre conscience des féminicide. Mais cette fois… les insultes avaient un tout autre caractère : contre les femmes et les lesbiennes.

Affiche contre le mouvement féministe
(Crédit photo : « Les Normaux » via Facebook)

De nombreux soutiens

Alice Coffin a reçu de nombreux soutiens de la classe politique nationale et locale. Julien Bayou (secrétaire national EELV) a déclaré sur twitter : « Tout mon soutien à Alice Coffin. La haine et la violence des identitaires masculinistes ne font que confirmer et renforcer notre mobilisation pour l’égalité ». Tout comme Laura Slimani, adjointe au Maire de Rouen sur le même réseau social : « Condamnation et indignation, mais surtout amplifions nos efforts pour que ces idées rétrogrades soient définitivement vaincues à Rouen et ailleurs. »

Plus tard, dans un communiqué de presse, Alice Coffin, traumatisée par cette acte lesbophobe indiquera : « des jours durant, moqueries, insultes, humiliations se sont succédées. Jusqu’au dimanche, jour de fête des pères, qui a provoqué une flambée de messages agressifs ». La journaliste et militante précise être depuis plusieurs mois sous médicaments contre le cyberharcélement dont elle fait l’objet.

Alice Coffin GAF
(Crédit photo : « Groupe Action Féministe à Rouen » via Facebook)

Enfin, le Groupe d’Action Féministe, co-organisateur de l’invitation d’Alice Coffin a déclaré sur sa page facebook : « En se présentant comme les représentants de la normalité ou de l’opinion majoritaire, ces chahuteurs ont magnifiquement illustré les propos d’Alice Coffin sur les hommes ». Et d’ajouter : « … Ils voulaient notre attention ? Voilà ce qu’ils ont reçu comme fin de non-recevoir : Sexistes, racistes, lesbophobes : à bas le patriarcat ! scandé en chœur. Vous voulez diviser ? Nous nous sommes uni.e.s. »

 

Dernièrement

Actes homophobes dans un espace artistique à Saint-Denis : 5 victimes

Dimanche 18 juillet, une série d’épisodes homophobes violents a eu lieu à Saint-Denis, violences, insultes et destruction d'une arche arc-en-ciel...

Transgenre en prison : est-ce la double peine ? s’interroge Ouest-France

Le centre de détention de Caen s'empare de la question des détenues transgenres. De la souffrance en prison mais aussi de l'espoir...

Le Mans : l’association LGBT Homogène présente sa feuille de route : Pride et deux antennes dans la Sarthe

Florian Poupon, président de l'association LGBT Homogène sur Le Mans et la Sarthe a accordé une interview au journal Ouest-France / Le Maine Libre...

La Pride à Annecy rassemble 2500 personnes

La deuxième Pride à Annecy (Haute-Savoie) a rassemblé 2500 personnes avec un mot d'ordre était "Faire de notre identité, une liberté"...

Sur le même thème