Le Drag King, le pendant masculin de la Drag Queen

Si les Drag Queen occupent le devant de la scène des cabarets, peu de gens connaissent les Drag King.

Les Drag King se servent des codes de la masculinité pour déconstruire les stéréotypes de la féminité. Être Drag King, c’est une manière de provoquer, de faire réfléchir sur la notion d’identité sexuelle et de la construction sociale des genres.

Le Drag King, le pendant masculin de la Drag Queen

C’est aussi et surtout une façon de combattre l’étroitesse d’esprit (avec humour).
A l’occasion d’une soirée spéciale organisée par l’association lesbienne LBTG sur les Drag King à Rouen, Gayviking s’est interrogé sur cette pratique encore confidentielle. Ateliers Drag King, documentaires et films permettent de découvrir les codes du genre. Nous en avons profité pour interviewer Chriss Lag, la réalisatrice du documentaire « Parole de King » sur cette représentation.

Le Drag King, le pendant masculin de la Drag Queen

Film « Parole de King »

Chriss Lag est réalisatrice, journaliste et photographe. Après ses études de cinéma et de publicité, elle débute comme chroniqueuse cinéma à la radio. Elle collabore ensuite en tant que journaliste et photographe à différents magazines et web TV. Ces films de fictions et documentaires ont été sélectionnés dans différents festivals internationaux et diffusés à la télévision.
La représentation et la place des femmes dans la société, sont au centre de son travail. En particulier tout ce qui interroge, bouscule, déconstruit l’image traditionnelle des femmes, que cela soit dans l’art, les médias ou le sport. (Son film « Parole de King » sort en DVD et VOD le 26 février 2018 – Doriane Films)

Chriss Lag, réalisatrice Paroles de King

Interview

Gayviking : Comment pourrait-on définir les Drag King ?
Chriss Lag : Les Drag King sont des personnes (femmes, hommes ou autres selon leur autodétermination) qui jouent avec les codes de la masculinité, pour la déconstruire.

D’où vient ce phénomène des Drag King ?
Je dirais que les ancêtres des Drag King sont les artistes de cabaret de la fin du 19 ème qui en Angleterre, Etats Unis et France gagnaient leur vie en tant que « male impersonator ». Je pense que le mot Drag King est apparue dans les années 70.

Mais les Drag King tel qu’on les connait maintenant sont nés début des années 80. Avec Diane Torr, une danseuse écossaise vivant à New York, qui la première a formalisé les ateliers Drag King et a continué, jusqu’à sa mort en 2017, à proposer des ateliers d’un week-end nommés « Man for a day ».

Une grande partie des King que j’ai rencontrés sont passés par un atelier. Outre l’apprentissage et la découverte c’est le collectif qui est assez magique. Chaque atelier est différent car ce qui est partagé vient pour beaucoup des participant.e.s.

Et il y aune chose importante maintenant grâce à internet où l’on peut aussi apprendre beaucoup de choses sur ce qu’est être un King et les techniques nécessaires même si on ne peut assister à un atelier.

Le Drag King, le pendant masculin de la Drag Queen

Y’a t’il finalement un message féministe dans ce code ?
Le Drag King est un outil féministe par excellence. Il permet de s’approprier pendant quelques heures les codes du masculin. De s’approprier l’espace autour de soi, voir évoluer dans l’espace public avec tous les « privilèges » réservés habituellement au masculin. Expérimenter par son corps comment le masculin est construit socialement.

En France, ce code de genre semble assez rare, ou du moins, il ne se voit pas.. ?
Il y a beaucoup de King en France et de plus en plus. Dans mon film vous pouvez en découvrir 22 de différentes générations et de différentes villes de France.

Le Drag King, le pendant masculin de la Drag Queen

Quel(le)s sont les Drag King les plus célèbres aujourd’hui ?
En France, je dirais Louis(e) de Ville qui est das mon film. En Angleterre Adam All.

Qu’essayez-vous de montrer au travers de ce documentaire ?
Je me suis intéressé au Drag Kings car même si c’est une pratique confidentielle, elle nous concerne tous dans les sujets qu’elle aborde. C’est ce qui bouleverse les spectateurs qui ont vue le film, il permet de tout à chacun de s’interroger sur ses rapports au féminin et au masculin. Et ce que j’aime en particulier, c’est qu’il permet de passer instantanément de la théorie à la pratique. En préparant le film, je me suis rendu compte qu’ils y a autant de trajectoires pour arriver au Drag King qu’il n’y a de King. Et j’ai rencontré des personnes extraordinaires. Je n’ai plus qu’une envie… qu’un maximum de monde les découvre.

Paroles de King

Extraits

Le film « Parole de King » par Chriss Lag, sort en DVD et VOD le 26 février 2018 (Doriane Films)

 

Agenda

Si vous vous êtes un jour demandé-e quel type d’homme vous pourriez être, l’association LBTG (Laisse Bien Ta Gaité) organise le samedi 17 février 2018 à partir de 16h00 au Diable au Corps (100 rue St Hilaire à Rouen) un atelier Drag King. L’atelier sera suivi d’une séance photo pour les personnes qui le souhaitent puis d’un repas. Dans un cadre bienveillant et convivial, en non mixité femmes, venez performer le masculin qui est en vous.
Puis dès 20h l’association vous invite à la projection du documentaire « Paroles de King » de Chriss Lag en présence de la réalisatrice (lieu : la Conjuration des fourneaux au 149 rue St Hilaire – entrée libre). La projection sera suivi d’un verre puis d’une soirée à prix libre dès 22h30 en musique.

(+info : évènement facebook – pour l’atelierpour la soirée)

ateliers Drag King

Derniers articles

VIH – sida : l’épidémie face au Covid. Un décrochage dans la prévention

En pleine épidémie du Covid, les premiers chiffres de la lutte contre le VIH laissent entrevoir un relâchement inquiétant de la prévention

Le Département des Pyrénées-Orientales signe la charte LGBT+

Le Département des Pyrénées-Orientales signe la charte de l'association LGBT+66 contre les discriminations et la défense des droits...

Metz. Un conseiller municipal RN qualifie « l’idéologie LGBT » de dérive sociétale

Grégoire Laloux, élu conseiller municipal du Rassemblement National s'oppose au versement d'une subvention à une association LGBT.. une dérive sociétale.

Homophobie et menaces de mort à l’usine Renault de Cléon

Julien repense à ces trois nuits à l'usine Renault. L'angoisse est parfois présente. Négligences de Renault Cléon ?

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé