LA DISPARITION DU TRAXX : Histoire d’une réussite

txsn1(article publié en janvier 2004)

Article rédigé par ROD, créateur du site internet sortons.net avec son aimable autorisation…

« Rappelons avant tout, pour ceux et celles qui ne connaîtraient pas l’endroit, ce qu’est le Traxx. Une discothèque ouverte depuis maintenant 10 ans, dont le gérant était Benoit Crambain, propriétaire un an plus tôt du ‘bar aux mètres’. Résolument avant-gardiste, la discothèque était spécialisée dans la musique électronique (la seule en Haute Normandie, même encore aujourd’hui), allant de la House par la Techno, sans oublier la Trance, Deep …
Outre le caractère unique musical, le Traxx était également une boite réputée ‘festive’ aux couleurs homos. Aucun interdit, aucune limite. Tout était possible à condition de vouloir faire la fête !
Parmi les apports à la culture homo, electro et festive, le Traxx a toujours été à la recherche de soirées thématiques uniques (Fête des Lumières, Black Out, Fête du Printemps, les inoubliables soirées mousse …) et a également invité des DJs de renommée nationale et internationale (Antoine Clamaran, Martin Solveig, Laurent Wolf, Stacey Pullen, Manu le Malin …).

txsn2La communication a toujours été le fer de lance de la discothèque, avec son célèbre 10×21 en 250g, et a toujours su garder un côté décalé, malgré la myriade de graphistes ayant travaillé sur l’image.

Un logo évocateur (un X dans un engrenage), un état d’esprit unique (Be Happy, Be Crazy, Be Traxx), un homme passionné, autant adulé que detesté, mais entier et dévoué. Entièrement contre le systeme des freepass, il a longtemps tenu avant de céder face aux nombreuses discothèques de la Ville qui privilégiaient ce système.

Cette entité, où les Traxxiens (à noter que cette appellation est unique dans le monde de la Nuit, et connote une réelle communauté adhérant à un système qui leur convenait) se retrouvaient depuis 10 ans, vient de disparaitre.
Dans un esprit de fête incommensurable (+ de 1000 personnes, Open Bar, Show époustouflant de sensualité avec les ‘Cyber Muses’ …) tous se sont donnés rendez-vous en ce samedi 27 décembre 2003, de 23h à 12h pour commémorer dignement la ‘mort’ de l’établissement.

Les questions sont déjà nombreuses : ainsi parmi les plus récurrentes on notera ‘où allons-nous aller maintenant ?’ (ce qui sous-entend qu’aucune autre discothèque rouennaise et agglo ne convient à leur état d’esprit) ainsi que ‘Ca devient quoi après ?’.
Bien qu’en possession de peu d’informations, Benoit Crambain rencontre le 29 décembre 2003 les acheteurs : acheteurs qui ont décidé de garder le lieu en discothèque, et dans le même état d’esprit. Plus d’infos prochainement … » ROD

En janvier 2004 : le CHAKRA a succèdé au TRAXX (voir rubrique ROUEN – BOITES DE NUIT pour plus d’infos.) Benoît Crambrain a vendu son établissement à Laurent Roussel. Ce dernier a l’intention de conserver l’ambiance techno de la discothèque.

txsn3 txsn4

txsn6 txsn7

txsn8 txsn5

Derniers articles

Un jeune cherbourgeois, Vincent Delareux, publie son premier roman LGBT, « Les Corps étrangers »

Vincent Delareux et son livre "Les Corps étrangers" : un premier roman coup de point. Un livre très fort qui nous plonge dans le coming out et le rejet...

À Rouen, Enipse ouvre son premier local en France avec des permanences sur la santé sexuelle

La santé sexuelle est une question essentielle pour les LGBT. L'association Enipse s'engage et s’implante localement. C’est en Normandie, à Rouen.

Caen / Rouen : scission au Centre LGBTI de Normandie. L’antenne de Rouen crée Fiertés Colorées et quitte la fédération.

Coup de tonnerre. Les associations de l'antenne de Rouen au Centre LGBTI de Normandie quittent la fédération et se fédèrent sous "Fiertés Colorées".

À Rouen, les LGBT rendent hommage à Stonewall

Des militant.e.s rendent hommages aux émeutes de Stonewall, ce bar de New-York, point de départ des Prides, en attendant celle de Rouen...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé

X