Discrimination à l’adoption, les associations LGBT interpellent le Département de la Seine-Maritime

Le dossier des discriminations liées à l’adoption en Seine-Maritime n’avance pas. Les associations LGBT normandes interpellent de nouveau le département de la Seine-Maritime.

Adoption homoparentale en Seine-Maritime : l’IGAS révèle un traitement différencié. Tout savoir sur le rapport et les réactions.
(photo pixabay)

En juin 2018, Pascale Lemare, responsable du service adoption du Département de la Seine-Maritime avait eu des propos polémiques à l’encontre des couples homosexuel.le.s.

En effet, elle avait déclaré que ces couples atypique devaient accepter des enfants atypiques, cassés, perturbés ou handicapés.  Et de conclure : “Les couples homosexuels ne sont pas exclus mais ils ne sont pas prioritaires”.

A la suite de cette déclaration, les protestations n’avaient pas tardé. Les associations LGBT locales et nationales se sont mobilisées pour exiger des explications au Département. L’Etat est également interpellé sur « cette discrimination manifeste ».

Bien que l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) ait rendu son rapport (relire article Gayviking), les associations LGBT ne lâchent pas l’affaire. En fait, le dossier n’avance pas réellement.

Via leur avocate, deux associations écrivent au Président du Département de la Seine-Maritime, Pascal Martin.

Les deux associations sont le Centre LGBTI de Normandie et Laisse Bien Ta Gaité. Elles craignent que les couples homosexuel(le)s soient écartés de l’adoption suite au traitement de leurs données personnelles.

Pour l’avocate des associations, l’agrément des familles doit suffire à l’adoption, pas leur orientation sexuelle. Me Julia Massardier, avocate des associations souhaite le même dispositif que le CV anonyme. Elle déclare sur France Bleu : “L’apparentement est l’étape où le conseil de famille décide de confier un enfant à telle ou telle famille, qui a déjà reçu un agrément après une enquête poussée. Pour nous, le choix ne doit pas se faire sur le critère de l’orientation sexuelle des couples, à partir du moment où l’agrément a été obtenu ».

Derniers articles

À Rouen, Enipse ouvre son premier local en France avec des permanences sur la santé sexuelle

La santé sexuelle est une question essentielle pour les LGBT. L'association Enipse s'engage et s’implante localement. C’est en Normandie, à Rouen.

Caen / Rouen : scission au Centre LGBTI de Normandie. L’antenne de Rouen crée Fiertés Colorées et quitte la fédération.

Coup de tonnerre. Les associations de l'antenne de Rouen au Centre LGBTI de Normandie quittent la fédération et se fédèrent sous "Fiertés Colorées".

À Rouen, les LGBT rendent hommage à Stonewall

Des militant.e.s rendent hommages aux émeutes de Stonewall, ce bar de New-York, point de départ des Prides, en attendant celle de Rouen...

Cherbourg : la société Cherwood lance une collection Rainbow pour le mois des fiertés !

Cherwood, la marque normande de vêtements, lance une collection pour le mois des fiertés. Le Centre LGBTI de Normandie percevra 10% de la vente...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé