dimanche 29 mars 2020

Dans le Perche, des tags homophobes sur un restaurant. Les habitants se mobilisent

Un couple de garçons, mariés, propriétaire d’un restaurant dans le Perche ont découvert des tags homophobes sur leur façade.

Tags homophobes sur un restaurant. Les habitants se mobilisent

C’est à La Chapelle-Souëf dans l’Orne que Valentin et Jérémy Rousseau, gérants du restaurant Idée’hall, ont découvert les inscriptions “sale pédé, dégagez pd”. C’est le journal Le Perche qui nous révèle cette histoire.

Ces dégradations n’ont pas seulement bouleversées le jeune couple marié mais toute la population aux alentours. Trois jours plus tard, une centaine d’habitants se sont mobilisés pour dénoncer cette homophobie. Valentin et Jérémy ne baissent pas les bras et continuent à faire vivre leur restaurant. Un dépôt de plainte est déposé.

Les regards curieux

Les deux hommes sont les heureux propriétaires du restaurant bar épicerie « Idées halles ». Un restaurant qu’ils ont repris en 2018.

A leur arrivée, ils sont bien accueillis même s’ils reconnaissent que c’est parfois compliqué de vivre pleinement son homosexualité dans un petit village. Les regards curieux ne peuvent être évités.

Ne pas vivre caché

Ils se sont mariés en juin 2018. Le journal publie à l’occasion un article de presse. Ils avaient alors déclarés : « Nous voulons avoir une vie normale. Nous vivons comme tout le monde et nous ne vivons pas cachés » et d’ajouter : « Nous avons envie d’avoir des enfants ».

Ainsi, le soutien apporté par les habitants leur va droit au coeur et leur permettront d’oublier ces tags homophobes.

L’association LGBT locale Orn’En Ciel a apporté son soutien à Jérémy et Valentin. Elle rappelle que : « rien n’est acquis alors que nous pensons vivre la majeur partie du temps dans un environnement ouvert ».

Enfin, du côté de l’enquête de police, celle-ci est toujours en cours. Les auteurs des tags homophobes ne sont pas encore retrouvés. Outre la dégradation de la façade, l’inscription homophobe est un délit comme le racisme. La provocation publique à la haine, à la violence ou à la discrimination homophobe est punie d’une peine de 1 an de prison.

Derniers articles

Coronavirus : ligne d’écoute pour le public LGBT et leurs commerces

En Normandie, face au coronavirus, une ligne d'écoute à destination du public LGBT et de leurs commerces est mise en place avec ENIPSE.

La culture gay en musique : de 1976 à 1979, l’histoire du disco

1976-1979 : Les 4 années qui ont pulvérisé des siècles de préjugés homophobes. Le disco est à l’origine de nombreux courants musicaux

Vernon : guet-apens sur Grindr avec violences et vols

Un véritable guet-apens. Deux jeunes de 17 et 18 ans sont interpellés par la police : fausses rencontres sur Grindr, violences, vol...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé