Arrête avec tes mensonges – Film (2023)

Le film « Arrête avec tes mensonges » est tiré d’un roman autobiographique de Philippe Besson. L’intrigue décrit le dilemme que beaucoup de garçons se posaient dans les années 80 : vivre leur homosexualité en étant marginaux ou fonder une famille et vivre toute leur vie dans le mensonge.

Synopsis

Le romancier Stéphane Belcourt revient à Cognac, la ville de son enfance et de son adolescence, après 35 ans d’absence. Il a accepté de parrainer le bicentenaire d’une célèbre marque de cognac.
A cette occasion, il fait la connaissance d’un jeune homme, prénommé Lucas, qui va se révéler être le fils de son premier amour de jeunesse, Thomas.

Film Arrête avec tes mensonges
(Film : arrête avec tes mensonges)

En 1984 Stéphane et Thomas avaient 17 ans. Tous les deux vont avoir leur première relation homosexuelle ensemble. Mais Thomas a du mal à accepter son homosexualité et vit dans la hantise que son entourage la découvre. Stéphane, lui, est un romantique, timide et un écrivain en herbe. Leurs destins vont finir par se séparer, mais cette séparation va rester une plaie ouverte 35 ans plus tard pour Stéphane. Et ce retour sur les lieux de cet amour et la rencontre avec le fils de Thomas va raviver les souvenirs et les questions restées sans réponse.

D’après le roman autobiographique de Philippe Besson

Lorsqu’on a aimé un livre, il peut y avoir parfois une réticence à voir son adaptation cinématographique, car le langage d’un long métrage oblige souvent à concentrer la substance du livre en 1h30 et donc à éluder des petits détails qui font toute la psychologie des personnages et la capacité émotionnelle du récit.

Mais là je crois que ceux qui ont lu et apprécié ce livre de Philippe Besson paru en 2017 vont retrouver la même émotion et la même intensité de cette histoire d’un amour passé qui ressurgit 35 ans plus tard de manière totalement inattendue.

Et c’est le talent des acteurs qui va faire toute la différence. Le scénario prend aussi quelques libertés avec le récit du livre en mélangeant présent et passé, alors que le livre est construit chronologiquement… mais finalement cela permet de mieux cerner la psychologie du personnage principal, adolescent puis quinquagénaire, incarné par deux acteurs différents.

Arrête avec tes mensonges (film)
(film : Arrête avec tes mensonges)

La distribution

Guillaume de Tonquédec, qu’on n’a pas l’habitude de voir dans un rôle comme celui là, joue le personnage de Stéphane Belcourt qui a la cinquantaine… Sa ressemblance avec  Philippe Besson dans ce film est troublante.

Pour cette histoire qui est, à l’origine, une autobiographie de Philippe Besson, ce détail peut avoir son importance pour qui connait cet écrivain. Deux jeunes acteurs qu’on a déjà eu l’occasion de découvrir dans quelques films récents vont jouer les deux protagonistes dans les années 80 : Jérémy Gillet joue le rôle de Stéphane Belcourt à 17 ans et Julien de Saint Jean incarne son amour de jeunesse, Thomas.

Mais le film va surtout s’attacher à la relation qui va s’établir à l’époque actuelle entre Stéphane Belcourt, quinquagénaire et le fils de Thomas, Lucas, joué par Victor Belmondo.

Enfin l’actrice Guilaine Londez incarne un personnage d’attachée de presse absent dans le livre mais qui apporte de la fraicheur, du dynamisme, de la légèreté à une histoire qui est plutôt dans un registre dramatique.

L’homosexualité dans les années 80

Le film nous plonge bien dans la vie des années 80 avec ses téléphones à cadran, sa jeunesse chevelue, ses résultats du bac affichés dans le couloir du lycée et quantité de petits détails oubliés mais qui reviennent à la mémoire de ceux qui ont connu cette époque. Mais il nous plonge surtout dans la réalité des homosexuels des années 80.

Arrête avec tes mensonges – Film (2023)
(Arrête avec tes mensonges, Jérémy Gillet et Julien de Saint Jean)

En 1984, la société sortait juste de nombreuses décennies de criminalisation et de psychiatrisation de l’homosexualité. Et si les homosexuels n’avaient plus grand chose à craindre des anciennes lois très répressives et d’une médecine qui les considérait comme des malades qu’il fallait soigner de gré ou de force, les mentalités n’avaient pas encore beaucoup évolué sur le sujet.

Le mot « coming out » n’existait pas et il aurait été socialement suicidaire de révéler son homosexualité à sa famille, ses collègues, ses amis. Le chemin pour vivre et accepter son homosexualité était parsemé d’embûches, car rien que le célibat était très suspect.

Trois types de comportements

Donc, à cette époque, la très grande majorité des homosexuels qui désiraient vivre dans la quiétude, avoir une carrière professionnelle, être considérés comme des citoyens à part entière, devaient renoncer à leur homosexualité. Ils devaient se marier, fonder une famille. Quant à ceux qui assumaient leur homosexualité et voulaient construire une relation durable avec leur partenaire, il leur fallait vivre cachés, dans la clandestinité. Seule une toute petite minorité de militants ont prôné la visibilité qui a permis, pas à pas, de faire évoluer les mentalités.

Aujourd’hui, ces trois types de comportements existent toujours mais les proportions se sont juste inversées. Le mariage pour tous et la possibilité d’adopter des enfants ou d’avoir recours à la PMA pour les lesbiennes a aussi été une étape décisive au delà du symbole. Il a permis à des milliers d’homosexuels qui avaient vécu toute leur vie dans le mensonge et une sexualité contrariée, d’accepter leur orientation et souvent de reconstruire une nouvelle vie avec un partenaire ou un époux du même sexe. Il a permis à des jeunes d’éviter les impasses d’une vie hétéro-normée, basée sur la honte et le mensonge et de vivre une vie de couple assumée.

Arrête avec tes mensonges
(Arrête avec tes mensonges, Victor Belmondo)

L’attrait de Paris

Ce film met aussi le doigt sur une réalité sociale qui peut encore parfois perdurer aujourd’hui. Si dans les grandes villes anonymes, il est plus facile d’accepter son orientation sexuelle car elle va poser moins de problème, cela a toujours été plus difficile à la campagne ou dans les petites villes de province où tout le monde se connait et où il est impossible de vivre anonymement.

De tout temps, les homosexuels qui s’assumaient ont fini par émigrer vers des grandes villes, ou simplement vers Paris. Mais quand on n’avait pas les moyens financiers ou les relations nécessaires pour démarrer une nouvelle vie dans la capitale, ce choix fut souvent difficile. Il l’était d’autant plus pour ceux dont les parents avaient tracé le chemin de vie de leurs enfants comme reprendre l’entreprise familiale, assurer une descendance ou la perduration d’un nom de famille.

On serait tenté de croire que c’était essentiellement le cas dans les milieux modestes où les enfants doivent un jour assurer le soutien de leurs parents âgés. Mais, en fait, les milieux bourgeois n’échappaient pas non plus à ce contrôle de la descendance qui devait perpétuer l’œuvre et les ambitions de leurs parents.

Dans le film, cette réalité sociale transparait à travers Stéphane dont le don pour l’écriture lui a permis d’échapper à l’emprise familiale et aux carcans de la vie de province, en faisant sa vie à Paris.

film : Arrête avec tes mensonges
(film : Arrête avec tes mensonges. Acteurs : Victor Belmondo et Guillaume de Tonquédec)

D’autre part, Thomas, fils dont le destin était de reprendre la succession de son père à la tête d’une entreprise de viticulture et qui ne pouvaient pas envisager d’échapper à cette vie toute tracée qui nécessitait le sacrifice de sa personnalité.

Des vies gâchées par la pression sociale ou familiale

Alors quel fut le parcours de vie de ce garçon qui avait mis sa sexualité au second plan, qui avait épousé une femme et eu un enfant ?

Stéphane va essayer de retracer sa vie en tentant d’interroger le fils de Thomas, mais avec prudence, par respect de la discrétion de son premier amour et sans dévoiler son homosexualité et leur histoire.

Mais le fils de Thomas, Lucas, va lui aussi vouloir en savoir davantage sur son père qui a toujours été pour lui une énigme. L’intérêt du film est recentré sur un dialogue subtil entre ces deux personnages qui veulent que l’autre dévoile ce qu’il sait mais sans livrer ses propres informations.

Peu à peu, le dialogue va avancer jusqu’à exploser et livrer toutes les réponses que le fils et l’ancien amant attendaient depuis si longtemps. C’est dans cette confrontation subtile puis violente que le talent des deux acteurs, Guillaume de Tonguédec et Victor Belmondo va prendre toute sa dimension et révéler une nouvelle facette de Guillaume de Tonguédec plus habitué aux comédies mais aussi le charisme de Victor Belmondo hérité de son grand père Jean-Paul Belmondo.

Arrête avec tes mensonges – Film (2023)

Les dernières images du film se terminent avec une ultime révélation qui, comme dans les grands films de cinéma, va clouer les spectateurs durant toute la durée du générique de fin que l’on passe dans l’émotion mais aussi la réflexion sur les vies gâchées par la pression sociale ou familiale.

Le fond et la forme.

Outre un scénario qui revisite intelligemment le roman autobiographique de Philippe Besson, un jeu d’acteurs tout en subtilité et parfois en silences, un rythme qui ne nous laisse pas une seconde de répit de la première à la dernière image, ce film est aussi remarquable par son esthétique.

Les images de la campagne  charentaise sont magnifiques mais on ne peut pas non plus rester insensible à une bande son exceptionnelle. Les vagues d’une musique électronique si intemporelle qu’elle pourrait être classique sont enveloppantes tout en laissant percer quelques notes angoissantes. Thylacine signe la bande sonore de ce film.

« Arrête avec tes mensonges », réalisé par Olivier Peyon d’après le roman autobiographique de Philippe Besson, vient de sortir en DVD. Et accessibles sur les plateformes de téléchargement VOD (Canal, Orange, Arte Boutique, PremièreMax…).

Arrête avec tes mensonges – Film (2023) DVD

Bande-annonce

 

Derniers articles du magazine

Du crayon à la plume, l’artiste K Sensei se met à nu

Kristof alias K Sensei est un artiste normand aux multiples facettes. Ce beau barbu nous emporte dans son monde. Dessin, photographie, musique, auteur compositeur interprète...

Le dernier chapitre, un livre de Cédric Ronnoc ou la sociologie des backrooms

Le dernier livre de Cédric Ronnoc nous immerge dans les backrooms des sex-club. Un livre sur sur la sociologie des rencontres, mais pas seulement.

Promouvoir la laïcité (en milieu hostile), un livre pour lutter contre les discriminations

Créateur de l'association LGBT+ Couleurs Gaies, Stéphane Aurousseau aborde l’homophobie à l'école de par le rejet de la laïcité. Un sujet délicat...

Beautés masculines, photographies 1848-1990, portraits et nus de Nicole Canet

Beautés Masculines, un livre abordant les grandes thématiques du nu masculin, des photographies de 1848 à 1990, par Nicole Canet.

Le Magazine LGBT+

L'Actu LGBT+ en Normandie

Les guides LGBT en Normandie

spot_img
spot_img