Webcam sur la planète gay…

Dans quelques secondes l’image de Peter va apparaître. Il est 23h45. Moi, je suis à Rouen, en France, assis bien sagement sur ma chaise. Lui est à plus de 700 Km en Allemagne et pourtant on se regarde comme si on était face à face.

webcam gay

Des scènes comme celles-ci, il s’en passe des centaines de milliers à travers la planète web. Un magazine avait écrit qu’il s’en vendrait dix millions d’ici 2002 ! Des webcams bien entendu. Ces petites boules à objectif qui transmettent des images en couleurs sur le web.

Après le dialogue en direct sur Internet, maintenant on peut avoir l’image. Ça ne date pas d’aujourd’hui mais c’est en passe de devenir une véritable révolution des mœurs dans le monde gay des webcams.

Télésurveillance

Certains s’en serve pour dialoguer avec leur proche situé à plusieurs dizaine de milliers de Km et voir que le petit dernier a bien la rougeole, ou pour que maman puisse surveiller son petit dernier à la garderie depuis son bureau, via son écran d’ordinateur. Pour d’autre, c’est une véritable exhibition du corps pour notre plus grand plaisir.

Des corps entrelacés qui se déchaînent sous nos yeux. Et tout ça gratuitement ! ! (enfin presque).

webcam homosexuel
(photo : pixabay)

Curieux ?

Les sensations sont beaucoup plus intenses que les simples images des Top-Models. On ressent une sorte de communion avec l’internaute devant la webcam, même si on est le plus souvent anonyme face à lui.

Alors, exhibitionniste, voyeur, curieux ? Nous sommes peut-être un peu des trois. Les sites à webcams nous paraissent beaucoup plus réalistes que le reste du web. En fait, nous humanisons la toile. Nous y prenons tellement goût. C’est comme si tous les soirs nous allions chez notre boulanger. Nous voulons nous (ra)assurer que notre petit protégé devant sa webcam est en pleine forme et pouvoir admirer son nouveau show.

Drogue

Attention au final, cela devient une vrai drogue : mon copain et moi même, nous ne manquons pas d’y aller tous les soir. Nous sommes triste quand notre Apollon n’est pas à l’écran. Nous y prenons tellement goût que nous nous imaginons déjà devant notre propre webcam.

Alors qu’est-ce que l’on peut bien voir sur les webcams ?

Et bien tout ce que l’on peut imaginer. On sait que l’imagination humaine est débordante. Et plus encore pour les homosexuels. Car rappelez-vous ce que vous disait le psychologue de votre mère sur les homosexuels : ils sont très imaginatifs.

surveillance
(photo de Parker Coffman d’Unsplash)

Oui on peut tout voir.

Certains vont brancher leur webcam seulement le soir après ‘leurs devoirs’ et vers minuit, ils nous offrent leur corps. Ça commence par le T-shirt, puis on retire le pantalon. On voit notre Apollon en caleçon et on craque déjà. On ne compte plus le temps qui passe. Et là, c’est l’extase quand il retire le dernier morceau de tissu de son corps. Il est maintenant nu comme un ver. Pour le reste, je vous laisse deviner mais ne croyez pas qu’il va prendre un café.

D’autre en plus, on la chance de laisser leur webcam allumer 24h/24. On les voit dormir, se déshabiller, manger, et tout plein de bonnes choses en plus qui font de la vie un rêve.

Bon voyage.

(Cet article a été publiée une première fois en 1999 sur notre blog puis re publiée à l’apparition du magazine Gayviking le 1er mars 2002).

Dernièrement

Narbonne : une rencontre sur internet qui tourne mal. Un gay de 67 ans agressé.

Un air de déjà vu. Trop vu et entendu. C'est à Narbonne. Un homosexuel surfe sur une application de rencontre puis le guet-apens...

Violente agression homophobe à Rouen : 6 ans et 3 ans de prison ferme pour les tortionnaires

Un procès attendu. Deux hommes accusés de séquestration et d'agression homophobe. La Cour a prononcé son verdict. Compte-rendu d'audience...

À Paris, l’Escale, une colocation solidaire pour lesbiennes exilées

Une colocation pour des exilées LGBT est mise en place. Son nom : l'Escale. Son but est de protéger des personnes LGBT persécutées...

Près de Caen, la boîte de nuit gayfriendly Le Phoenix offre ses stock à la Croix-Rouge

Depuis la fermeture de son commerce, Anthony Simon du Phoenix, a décidé d'offrir ses stocks. Des sodas et des jus de fruit pour 3000 euros...

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé