vendredi 10 avril 2020

Alençon (Orne) lance sa première gaypride le 19 mai 2018 + PHOTOS

On ne l’attendait pas. Alençon, la Préfecture du plus petit des 5 départements normands, l’Orne(287.000 habitants), a décidé d’organiser une marche des fiertés dite gaypride.

Avant Caen le 2 juin et Rouen le 16 juin, ces festivités, ouvertes à tous, animeront les rues de cette ville de 28.000 habitants.

(photos évènement)

Alençon (Orne) lance sa première gaypride le 19 mai 2018

L’association Orn’en Ciel est à l’origine de cet évènement.
Fondée en 2006, cette association composée aujourd’hui d’une trentaine de bénévoles et présidée par Malou Estenne, est la seule association LGBT du département de l’Orne. A la fois conviviale et militante, elle oeuvre dans la lutte contre l’homophobie et pour l’égalité des droits.

François Vandenberghe, membre du conseil d’administration et ancien président d’Orn’en Ciel nous présente la future marche des fiertés.

GAYVIKING : Vous organisez votre première gaypride, qu’est ce qui vous a décidé à organiser une marche à Alençon ? 

François Vandenberghe : Chaque année, nous organisons des événements le 17 mai, à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie, dans différents endroits de la ville, alors nous nous sommes dits : pourquoi ne pas les relier en défilant à travers les rues de la ville et appeler cela « marche des fiertés » ?  Aucune marche des fiertés n’a jamais été organisée à Alençon et nous sommes heureux de créer l’événement !

Quelles sont vos revendications pour cette marche ?

Nous voulons l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes et la reconnaissance du statut de réfugié aux personnes persécutées pour leur orientation sexuelle dans leur pays d’origine.

gaypride - alençon

Cinq ans après le « mariage pour tous », avez-vous constaté une baisse de l’homophobie dans l’Orne ?

Comme partout, le mariage entre personnes de même sexe est entré dans le paysage. Même ceux qui y étaient opposés ont fini par s’y habituer.
En tant qu’association LGBT dans l’Orne, nous avons toujours reçu le meilleur accueil que ce soit au niveau institutionnel ou dans les bars où nous nous retrouvons une fois par mois. Nous sommes hébergés à la maison des associations et régulièrement invités par des établissements scolaires pour intervenir contre l’homophobie. Le problème des gays à la campagne dans l’Orne est plus l’isolement que le rejet, du moins à notre connaissance.

Concernant la Marche des Fiertés, comment va t’elle se dérouler ?

Le rassemblement à lieu le samedi 19 mai à 18h place de la Magdeleine. Nous défilerons jusqu’au parc des Promenades où il y aura une soirée de concerts et discours. Ensuite, nous terminerons la soirée dans une discothèque.

Avez-vous été contact avec la mairie d’Alençon pour cet évènement ?

Oui, la mairie d’Alençon nous soutient. Sans eux, nous n’aurions pas pu organiser cet événement.

Alençon (Orne) lance sa première gaypride le 19 mai 2018

Plus globalement, quels sont les projets d’Orn’en Ciel dans les prochains mois ?

Nos activités sont prévues d’un mois sur l’autre. En général, on se retrouve pour des sorties dans les environs et notre rendez-vous public mensuel qui se tient tous les 2e mardis du mois au Carnet de route, 8 rue Marcel Palmier, à Alençon. Nous consacrons aussi beaucoup de temps et d’énergie à assurer des interventions en milieu scolaire contre l’homophobie. D’ailleurs,  nous manquons d’intervenants.

Comment pourriez-vous qualifier la vie LGBT+ dans l’Orne ?

Calme, très calme, trop calme, peut-être. Comme l’Orne est  étendue et peu peuplée, il n’y pas d’endroits spécifiquement gays comme ailleurs. Du reste, nous aimerions être représentés en tant qu’association dans d’autres villes ornaises en dehors d’Alençon, telles : L’Aigle, Mortagne, Argentan, La Ferté Macé. Avis aux amateurs et amatrices…

Un dernier mot à ajouter ?

Rappliquez pour nous soutenir ! Si cette 1ere marche des fiertés est un succès, nous en ferons une chaque année.

Photos de l’évènement

La première gaypride à Alençon a rassemblé entre 300 et 400 personnes. Voici quelques photos laissées par les internautes sur les réseaux sociaux…

Derniers articles

L’épidémie bouleverse les commerces LGBT : quels impacts ?

En Normandie avec l'épidémie de coronavirus, les commerces LGBT ont fermé. Problèmes financiers, assurances qui les lâchent. Quelle réouverture ?

En Normandie, le coronavirus menace l’action des associations LGBT

L'épidémie de coronavirus menace les associations LGBT. Actions annulées, Pride incertaines. Quelles alternatives pour les associations ? Des lignes d'écoutes sont mises en place. Une solidarité s'organise.

Coronavirus : ligne d’écoute pour le public LGBT et leurs commerces

En Normandie, face au coronavirus, une ligne d'écoute à destination du public LGBT et de leurs commerces est mise en place avec ENIPSE.

La culture gay en musique : de 1976 à 1979, l’histoire du disco

1976-1979 : Les 4 années qui ont pulvérisé des siècles de préjugés homophobes. Le disco est à l’origine de nombreux courants musicaux

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé