À Évreux, condamné pour harcèlement transphobe

L‘association SOS homophobie nous apprend que le tribunal de police d’Évreux a condamné une personne à une amende 800 euros (dont 300 euros avec sursis) pour avoir proférer des propos transphobes le 15 novembre dernier.

justice à Evreux

Alexandre (son prénom a été changé) a été harcelé pour mégenre. Cela signifie que la personne condamnée à utiliser volontairement un genre dans lequel Alexandre ne se reconnaît pas.

Cette personne a également proféré des injures d’une extrême violence. « salope, putain, sur ton visage tu es marqué, tu es une bonne femme, ton passé te suivra toujours ». Elle l’a incité à mettre fin à ses jours.

De plus, la transidentité d’Alexandre a été dévoilée à sa famille, notamment à sa fille, qui  l’ignorait et à l’ensemble de ses voisins. SOS homophobie s’était constituée partie civile.

L’association qui a communiqué sur cette décision de justice se félicite de cette condamnation. « Et ce particulièrement en ce que la circonstance aggravante « d’infraction commise à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre » était présente dès l’ordonnance de renvoi, puis dans les réquisitions de la procureure de la République, et que cette circonstance a été retenue par le Tribunal. »

En réaction à cette information, l’amende de 800 euros (seulement 500 euros sera versé, sauf si récidive) est jugée particulièrement faible par les associations LGBTI. Pour Florence, responsable du groupe GETIN (Groupe d’Entraide Transgenre Intesexe de Normandie) : « Ce n’est pas cher payé pour le mal qui a été fait ! »

Dernièrement

Narbonne : une rencontre sur internet qui tourne mal. Un gay de 67 ans agressé.

Un air de déjà vu. Trop vu et entendu. C'est à Narbonne. Un homosexuel surfe sur une application de rencontre puis le guet-apens...

Violente agression homophobe à Rouen : 6 ans et 3 ans de prison ferme pour les tortionnaires

Un procès attendu. Deux hommes accusés de séquestration et d'agression homophobe. La Cour a prononcé son verdict. Compte-rendu d'audience...

Près de Caen, la boîte de nuit gayfriendly Le Phoenix offre ses stock à la Croix-Rouge

Depuis la fermeture de son commerce, Anthony Simon du Phoenix, a décidé d'offrir ses stocks. Des sodas et des jus de fruit pour 3000 euros...

La rencontre tourne au guet-apens homophobe à Saint-Chamond, près de St-Étienne

À St-Chamond, Nicolas, 40 ans, tombe dans un guet-apens homophobe. Trois individus le tabasse car homosexuel : "Ils voulaient ma mise à mort"

Sur le même thèmeÀ lire
Recommandé