Violences homophobes à répétitions dans l’agglomération de Lens

Lens (Pas-de-Calais)

Ces derniers mois, les agressions homophobes s’accumulent sur l’agglomération de Lens. Dans les communes d’Avion, Sains-en-Gohelle, Lens-Hénin et Grenay, les violences s’enchaînent.

Ainsi, à Avion au sud de Lens, Aymeric et Hervé (prénoms modifiés) témoignent ce dimanche dans le journal La Voix du Nord. Ils font l’objet d’injures, d’intimidations et maintenant de violences de la part des voisins de leur immeuble.

Leur seul tort : être homosexuel

En mars dernier, Aymeric a retrouvé Hervé, son compagnon, le visage en sang. Il vient de se faire tabasser derrière les poubelles de l’immeuble. Il témoigne au journal. Tout commence avec une voisine qui veut en découdre avec le couple et se ligue contre eux avec d’autres voisins. « Elle a commencé à nous insulter devant les autres résidents, à nous intimider (…) on nous a gravé « PD » sur la boîte aux lettre et sur notre porte » racontent-ils. Une fois en sortant leur chien, Aymeric reçoit un briquet en pleine tête.

Comme pour se justifier alors qu’il n’y a aucune raison, Aymeric continue son témoignage : « Je ne comprends pas cette haine. On ne parle à personne, on est très discrets. Qu’est-ce-qui justifie cette violence ? Mon compagnon ne sort quasiment plus de l’appartement. »

Les deux garçons ont naturellement porter plainte. Ils souhaitent maintenant partir au plus vite. Ils ont fait une demande à leur bailleur, l’office HLM Pas-de-Calais Habitat. Mais la situation traîne. Ils se sentent un peu abandonnés notamment par la Mairie et l’organisme HLM.

Homophobie couple
(photo d’illustration. Crédit : Svetikd GettyImages Signature Canva)

D’autres agressions homophobes

La Voix du Nord se fait également l’écho d’autres actes homophobes. A 20 minutes du centre de Lens, à Sains-en-Gohelle, Kevin 28 ans, entrepreneur, se fait insulter de « petite pédale » par des clients et internautes. Les insultes fussent « sale PD va, on sait où tu es tapette ». Il se dit dépité et compte bien porter plainte.

A l’ouest de Lens, le 23 août dernier, à Grenay, un homme a agressé son ex-compagne de 28 ans qui l’a quitté pour une femme. Il l’a frappé à plusieurs reprises. Les forces ont arrêté l’individu et incarcéré.

Enfin, à l’est de Lens, Billy-Montigny, en octobre dernier, La Voix du Nord avait déjà relevé une agression homophobe. Le voisin d’un couple lesbien avait frappé l’une des deux jeunes femmes à coup de barre de fer et menacé de morts.

Le foot, les associations…

L’homophobie est aussi dans le sport. Il y a un an, les supporters du RC Lens avaient refusé de rencontrer « Rouge Direct » un collectif anti-homophobie. Cette rencontre faisait suite à des chants homophobes proférés pendant le derby Lens-VAFC.

Le comble est qu’un supporter lensois, qui avait dénoncé ces chants homophobes, a déposé plainte après avoir reçu plus de 300 messages publics d’insultes et de menaces sur les réseaux sociaux. Les Red Tigers, groupe d’ultras lensois, avaient dénoncé un « buzz médiatique » de « la part d’un collectif anti-homophobie. »

Les associations LGBT n’auront pas trop de travail pour lutter contre l’homophobie sur le terrain.

Ville de Lens
(photo : Lens, photo Ahavelaar GettyImages Canva)

Ces agressions à Lens s’ajoutent à une triste série de témoignages d’actes homophobes en France .

Olivier Duhamel, de la délégation Nord – Pas-de-Calais de SOS homophobie, confirmait ce sentiment d’insécurité des personnes LGBT dans un dossier de LilleActu en août dernier : « Pas mal de gens vont avoir tendance à lisser certains aspects de leur vie, de leur comportement dans l’espace public, pour se protéger. Ça peut être par exemple une manière de s’habiller sur laquelle on fait attention ». Mais il restait optimiste : « Il faut qu’on forme une génération de personnes qui savent vivre ensemble. On peut ne pas être d’accord avec un mode de vie, mais on peut apprendre à vivre avec sans violence ni haine. »

Contacts associations LGBTI

Associations sur Lens et dans le département du Pas-de-Calais

  • Fiertés Pas-de-Calais : Association départementale LGBT+ de lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre.
    Ligne d’écoute au 06 46 76 83 43 – Contact par mail : paei@fiertespdc.orgSite web
  • SOS homophobie délégation Nord-Pas-de-Calais : association de lutte contre l’homophobie. Contact par mail : sos-npdc@sos-homophobie.org – Ligne d’écoute anonyme : 01.48.06.42.41 (Lundi à vendredi : 18 – 22h / Samedi : 14 – 16h / Dimanche : 18 – 20h) – Site web

Dernièrement

Narbonne : une rencontre sur internet qui tourne mal. Un gay de 67 ans agressé.

Un air de déjà vu. Trop vu et entendu. C'est à Narbonne. Un homosexuel surfe sur une application de rencontre puis le guet-apens...

Violente agression homophobe à Rouen : 6 ans et 3 ans de prison ferme pour les tortionnaires

Un procès attendu. Deux hommes accusés de séquestration et d'agression homophobe. La Cour a prononcé son verdict. Compte-rendu d'audience...

À Paris, l’Escale, une colocation solidaire pour lesbiennes exilées

Une colocation pour des exilées LGBT est mise en place. Son nom : l'Escale. Son but est de protéger des personnes LGBT persécutées...

Près de Caen, la boîte de nuit gayfriendly Le Phoenix offre ses stock à la Croix-Rouge

Depuis la fermeture de son commerce, Anthony Simon du Phoenix, a décidé d'offrir ses stocks. Des sodas et des jus de fruit pour 3000 euros...

Actualité LGBT+ en régions

Narbonne : une rencontre sur internet qui tourne mal. Un gay de 67 ans agressé.

Un air de déjà vu. Trop vu et entendu. C'est à Narbonne. Un homosexuel surfe sur une application de rencontre puis le guet-apens...

À Paris, l’Escale, une colocation solidaire pour lesbiennes exilées

Une colocation pour des exilées LGBT est mise en place. Son nom : l'Escale. Son but est de protéger des personnes LGBT persécutées...

La rencontre tourne au guet-apens homophobe à Saint-Chamond, près de St-Étienne

À St-Chamond, Nicolas, 40 ans, tombe dans un guet-apens homophobe. Trois individus le tabasse car homosexuel : "Ils voulaient ma mise à mort"