Le secrétaire général des Républicains de Lille, Louis Delemer, victime d’un «outing» sur les réseaux sociaux

Lille (Nord)

« Outing » est un anglicisme pour définir la révélation publique de l’homosexualité d’une personne sans son consentement. C’est ce que vient de vivre Louis Delemer. Secrétaire général Les Républicains (LR) de Lille, il vient de déposer plainte pour harcèlement à caractère homophobe.

Photos montages et commentaires insultants

Un compte anonyme sur le réseau Instagram le mettait en scène sur une couverture du magazine gay Têtu avec des commentaires insultants. Louis Delemer les a signalé au réseau social. Mais Instagram n’a pas souhaité les supprimer. La firme américaine estimait que ces montages n’enfreignaient pas ses règles de modération. Les photos ont donc continué à circuler jusqu’à ce que le compte Instagram concerné passe en mode privé.

Compte twitter Louis Delemer
(Compte Twitter de Louis Delemer)

« J’ai été victime d’un outing forcé, des gens de ma famille qui n’étaient pas au courant sont tombés sur ces photos » a t’il déclaré à l’AFP. N’ayant jamais déclaré en public qu’il était gay, cet épisode l’a forcé à révéler et à confirmer son orientation sexuelle.

Entourage politique ?

En parallèle, le journal La Voix du Nord, nous informe que Louis Delemer fait l’objet de nombreuses intimidations depuis décembre 2018.

En effet, le jeune républicain de 27 ans a pris position sur des sujets clivants au sein de son parti. L’ouverture de la PMA ou le mariage pour tous en sont des exemples. Il ajoute « cet été, j’en ai pris plein la gueule ». Ainsi, Louis Delemer estime que ces attaques émanent de son « entourage politique ».

Portrait Louis Delemer
(Louis Delemer, photo compte Twitter)

Au-delà des questions LGBT, des rivalités internes ne sont peut-être pas étrangères. À l’origine, Louis Delemer est un soutien de Nicolas Sarkozy mais aussi de Xavier Bertrand. Depuis cette année, il est également au cabinet de la députée du Nord Valérie Petit, du groupe parlementaire Agir Ensemble, proche de la majorité d’En Marche. Des choix qui ne passent peut-être pas dans son entourage politique. Le discrédit politique n’est pas très loin.

Par ailleurs, cinq jours plus tard, La Voix du Nord interrogeait Aurane Reihanian, président national des Jeunes Républicains et confirme l’hypothèse de Louis Delemer. Il déclare que « des sanctions exemplaires seront demandées contre les jeunes républicains qui ont colporté ou liké ces propos ». Cet outing a clairement un objectif homophobe visant à nuire.

Le débat des réseaux sociaux

Mais cette actualité fait ressortir un débat sur les réseaux sociaux, le harcèlement et l’anonymat. Louis Delemer indique à l’AFP que « c‘est un cas emblématique de harcèlement sur les réseaux sociaux« . Et il ajoute « quand il s’agit de faits graves, l’anonymat doit être levé » sur internet. « Les plateformes doivent prendre leurs responsabilités ».

En outre, le responsable politique a reçu de nombreux soutiens de sa famille politique mais aussi de Martine Aubry (PS), Maire de Lille. « Je vous redis mon soutien face aux actes ignobles dont vous êtes la cible. Ces comportements homophobes, qu’ils soient virtuels ou non, n’ont pas de place dans notre société » conclue la Maire.

Enfin, les associations LGBT ont également réagit. SOS homophobie a déclaré que « l’homophobie n’a sa place nulle part, le laisser-faire de Facebook, Twitter et Instagram face aux propos haineux et au harcèlement doit cesser ». Et pour conclure, le porte-parole de l’association FranceTV Pride résume assez bien la situation : « L’égalité passe par la visibilité mais chacun doit être libre d’être visible ou pas. »

Dernièrement

Narbonne : une rencontre sur internet qui tourne mal. Un gay de 67 ans agressé.

Un air de déjà vu. Trop vu et entendu. C'est à Narbonne. Un homosexuel surfe sur une application de rencontre puis le guet-apens...

Violente agression homophobe à Rouen : 6 ans et 3 ans de prison ferme pour les tortionnaires

Un procès attendu. Deux hommes accusés de séquestration et d'agression homophobe. La Cour a prononcé son verdict. Compte-rendu d'audience...

À Paris, l’Escale, une colocation solidaire pour lesbiennes exilées

Une colocation pour des exilées LGBT est mise en place. Son nom : l'Escale. Son but est de protéger des personnes LGBT persécutées...

Près de Caen, la boîte de nuit gayfriendly Le Phoenix offre ses stock à la Croix-Rouge

Depuis la fermeture de son commerce, Anthony Simon du Phoenix, a décidé d'offrir ses stocks. Des sodas et des jus de fruit pour 3000 euros...

Actualité LGBT+ en régions

Narbonne : une rencontre sur internet qui tourne mal. Un gay de 67 ans agressé.

Un air de déjà vu. Trop vu et entendu. C'est à Narbonne. Un homosexuel surfe sur une application de rencontre puis le guet-apens...

À Paris, l’Escale, une colocation solidaire pour lesbiennes exilées

Une colocation pour des exilées LGBT est mise en place. Son nom : l'Escale. Son but est de protéger des personnes LGBT persécutées...

La rencontre tourne au guet-apens homophobe à Saint-Chamond, près de St-Étienne

À St-Chamond, Nicolas, 40 ans, tombe dans un guet-apens homophobe. Trois individus le tabasse car homosexuel : "Ils voulaient ma mise à mort"