La Pride 2020 à Paris se transforme en marche virtuelle

Initialement prévue le 27 juin, puis reportée au 7 novembre de cette année… la Pride 2020 est finalement annulée. Situation sanitaire oblige, les organisateurs et les associations LGBT ont dû reconsidérer le modèle de la Marche des Fiertés. La Marche devient virtuelle…

Copie écran pride virtuelle
(débats et couleurs rainbow sur les réseaux…)

Repenser la façon de porter les revendications

L’Inter-LGBT organisateur de la Pride avait imaginé au départ un dispositif mêlant des rassemblements limités à 50 personnes et des activités en digital. Mais « le nouveau confinement nous a obligé une fois de plus à revoir notre dispositif » indique l’organisateur.

Les associations LGBT ont repensé la façon de porter leurs revendications. Selon le communiqué de presse de l’Inter-LGBT : « Cette année, nous n’appelons pas le public et les associations à défiler dans les rues. Cependant, l’Inter-LGBT et ses 60 associations membres invitent toutes celles et ceux qui le peuvent à se mobiliser autrement pendant une semaine de visibilité LGBTQI+ sous plusieurs formes en digital ».

Pride à Paris

Le mot d’ordre

Ainsi, la Marche des Fiertés renaît virtuellement. Et l’axe choisi est la santé avec un mot d’ordre : « Santé bafouée : LGBTQI+ en danger ».

Pourquoi ?

Fort de leur lien de proximité, les associations observent au quotidien les effets de la crise sanitaire qui se transforme en crise sociale. Pour les associations, cette période entraîne « les personnes les plus fragiles vers davantage de précarité et de mise en danger ». La santé a toujours été une préoccupation majeure pour les associations. Ces dernières considèrent que les personnes LGBT+ sont « souvent oubliées des politiques » précise l’inter-LGBT.

Pour justifier ce mot d’ordre, les associations dénoncent « les nombreuses failles de notre système de santé (…) aggravant les situations de précarité de certaines personnes et particulièrement chez les personnes LGBTI. »

Les revendications de cette Pride 2020 digitale…  

Avec le Covid-19, les revendications de cette année élargissent le débat bien au-delà de la crise sanitaire.

Affiche de la Marche des Fiertés 2020 à Paris
(affiche officielle de la Pride 2020 à Paris)

Tout d’abord, l’inter-LGBT souhaite en finir avec la sérophobie où des personnes vivant avec le VIH subissent des discriminations dans des domaines aussi variés que l’accès aux soins ou l’accès à un logement… .

Autres revendications relevées par l’inter-LGBT : la lutte contre le suicide et les impacts du confinement, jugé destructeur, sur les jeunes LGBT. En parallèle, les associations souhaitent plus d’actions dans le milieu scolaire, sans oublier les personnes âgées et la lutte contre la biphobie.

Par ailleurs, la fédération inter-LGBT n’oublie pas le handicap et la santé des personnes trans. Enfin, les associations réclament toujours la fin des mutilations sur les enfants inter-sexe. (Lire le détail des revendications de l’inter-lgbt).

Comment ?

Débats

Ainsi, quatre table-rondes ont été organisées pour échanger autour des thématiques santé des personnes LGBT. Ces tables rondes étaient animées par des journalistes du magazine Têtu et diffusées sur les réseaux sociaux et le compte YouTube de l’inter-lgbt.

Drapeaux et hastags

Enfin, les parisiens étaient invités à accrocher à leur fenêtre et leur balcon le rainbow flag, le drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBT. Les actions individuelles, collectives et institutionnelles ont été relayées sur les réseaux sociaux avec les hastag #fiertesmobilisees et #Marchedesfiertesautrement .

La Mairie de Paris a arboré fièrement les couleurs arc-en-ciel dans les rues et sur ses bâtiments…

Les photos

La Pride avait rassemblé des dizaines milliers de personnes en 2019. Le rendez-vous de 2021, à un an des élections présidentielle et législative, est particulièrement attendu.

À LIRE ÉGALEMENT : l’histoire des Gaypride ou Marche des Fiertés

Mise à jour (17 nov. 2020) : l’inter-LGBT a déclaré sur son site internet avoir rassemblé « plus de 32 500 à suivre nos tables rondes en direct ou en rediffusion. »

Dernièrement

Angers : appel à témoin de l’association Quazar après une agression homophobe

Suite à une agression homophobe avec violence, vol et menace, l'association LGBT Quazar lance un appel à témoins mais aussi à la prudence.

Sainte-Consorce près de Lyon, des collégiens sensibilisés à l’homophobie

À Sainte-Consorce, à l'ouest de Lyon, des collégiens formés aux métiers du paysage sont sensibilisés aux discriminations par des animations et saynètes,...

Lyon, guet-apens sur un site de rencontre : deux individus arrêtés et condamnés pour agression

Près de Lyon à St-Priest, deux hommes agressent deux homosexuels pris au piège : violences, extorsion, propos homophobes... ils sont arrêtés.

À St-Brieuc, avec Claude, les séniors LGBT ont leur association

Claude Perquin affiche fièrement son association GreyPride. Les Côtes d'Armor et plus spécialement St-Brieuc, doivent compter avec les seniors LGBT.

Actualité LGBT+ en régions

Angers : appel à témoin de l’association Quazar après une agression homophobe

Suite à une agression homophobe avec violence, vol et menace, l'association LGBT Quazar lance un appel à témoins mais aussi à la prudence.

Sainte-Consorce près de Lyon, des collégiens sensibilisés à l’homophobie

À Sainte-Consorce, à l'ouest de Lyon, des collégiens formés aux métiers du paysage sont sensibilisés aux discriminations par des animations et saynètes,...

Lyon, guet-apens sur un site de rencontre : deux individus arrêtés et condamnés pour agression

Près de Lyon à St-Priest, deux hommes agressent deux homosexuels pris au piège : violences, extorsion, propos homophobes... ils sont arrêtés.