À Poitiers, une femmes transgenre agressée au couteau

Poitiers (Vienne)

Le 30 octobre dernier, une femme transgenre vivant avec sa compagne est agressée à son domicile à Poitiers. C’est son voisin, la soixantaine qui la blesse au couteau.

Les enquêteurs évoquent une simple querelle de voisinage. Mais pour l’association SOS homophobie, la situation est toute autre. Mélanie, co-déléguée Poitou Charentes de l’association a déclaré au journal La Nouvelle-République que la jeune femme « subit régulièrement des insultes et des menaces de la part de deux de ses voisins depuis qu’elle a commencé sa transition médicale en décembre 2019 ».

Les insultes pleuvent : « sale pédale »

La jeune femme s’habille naturellement de façon plus féminine. Mais le voisin ne semble pas apprécier. Selon le couple de femmes et l’association SOS homophobie, les insultes pleuvent : « sale pédale ».

Agression d'une femme transgenre
(photo illustration tainoipho)

Ce jour-là, excédée, la jeune femme lui balance de l’eau par la fenêtre. S’en est trop pour le voisin. Il entre chez la voisine armé d’un couteau et la blesse sur plusieurs endroits de son corps. Elle criera à l’aide avant que d’autres voisins viennent se mêler de cette affaire. L’association déclarera que le sexagénaire a menacé de mort la jeune femme : « tu sais que je vais te tuer ». 

Finalement, les forces de police arrêtent l’agresseur. Mais les magistrats du parquet ne retiendront pas la transphobie comme motivation de l’agression. Ils pensent que c’est un simple problème de voisinage à cause d’une musique trop forte.

Mais pour l’association SOS homophobie, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une discrimination sur une personne transgenre : un acte transphobe qui dure depuis plusieurs mois. L’association précise que c’est la treizième agression en raison du genre et de l’orientation sexuelle cette année sur Poitiers.

L’individu sera jugé dans les prochains mois pour violence avec arme devant le tribunal correctionnel. Après sa garde à vue, il est remis en liberté. La victime et SOS homophobie étudient la possibilité de se constituer partie civile au procès.

Enfin, peu de réactions politiques à Poitiers exceptés Frankie Angebault et Alexandra Duval, élus municipaux. Fankie Angebault (écologiste) est élu en charge des mobilités collectives à la ville de Poitiers. Il a déclaré sur Twitter que les « LGBTphobies n’ont pas leur place dans notre ville ! Total soutien à la victime, et merci encore aux associations dont l’action est encore malheureusement nécessaire ! »

Dernièrement

Romain Berger, un photographe queer autodidacte

33 ans, photographe, Romain Berger est originaire de Normandie et vit à Rennes. Son travail se veut ouvert, coloré, kitch et décalé...

Quimper : première « zone de liberté » pour les LGBT+ en France

Tout un symbole. Quimper est proclamé "zone de liberté" pour les personnes LGBT+ dans la continuité du parlement européen...

La lettre d’amour d’un couple gay du Cotentin va partir dans l’espace !

Une belle histoire : Yann et Théo, un jeune couple dans la Manche envoie une lettre d'amour dans l'espace à bord de la fusée de SpaceX.

Caen : deux mamans perdent leur petit garçon d’une leucémie. Elles font un tour de France à vélo.

Solveig et Aude sont deux mamans et viennent de perdre leur fils, Maël à l'âge de 18 mois d'une leucémie. Un voyage s'organise...

Actualité LGBT+ en régions

Quimper : première « zone de liberté » pour les LGBT+ en France

Tout un symbole. Quimper est proclamé "zone de liberté" pour les personnes LGBT+ dans la continuité du parlement européen...

Nouvelle annulation de la Marche des Fiertés à Lille

Pour la seconde fois consécutive, la Marche des Fiertés de Lille est annulée. Après 2020, l'édition 2021 n'aura pas lieu. La 25ème édition de la Pride Lilloise se fait attendre... (annulation)

Gap : le procureur s’engage pour lutter contre l’homophobie

Une avancée significative contre l'homophobie dans les Hautes-Alpes. Le Procureur de la République de Gap souhaite personnaliser les dépôts de plainte...