Guadeloupe : le journal France-Antilles fait l’amalgame entre homosexualité et pédophilie

GuadeloupeStupéfaction en découvrant le quotidien de la Guadeloupe France-Antilles. Ce 3 février 2021, le journal titre « l’homosexuel préférait les petits garçons ». Avec ce titre le quotidien fait un amalgame abjecte entre homosexualité et pédocriminalité. Les réactions sur l’île et en métropole sont nombreuses. Le quotidien présentera de timides excuses.

Quotidien France-Antilles
(la « une » du quotidien France-Antilles ce 3 février 2021)

Tout commence avec un article sur la présentation d’un procès au tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre. Un homme de 56 ans est condamné pour des actes de pédophilie. Le Journal France-Antilles présente en gros titre « l’homosexuel préférait les petits garçons. » Le quotidien fait donc un lien direct entre orientation sexuelle et la pédophilie, deux situations totalement différentes.

Amalgame

Aussitôt, des journalistes et internautes n’hésitent pas à s’offusquer : à quand le titre « L’hétérosexuel préférait les petites filles ? ». La situation s’emballe. Les associations notamment LGBT ainsi que des politiques critiquent cette « une » jugée homophobe. En effet, les homophobes mettent souvent en avant cet amalgame : homosexuel = pédophile.

L’Association des Familles Homoparentales (ADFH) demande au journal des explications. « Pour qu’on comprenne bien France-Antilles, lorsque vous faites un article sur un pédophile hétérosexuel, vous ne mentionnez pas son orientation sexuelle. Mais s’il est homosexuel vous en faites la Une en mentionnant son orientation sexuelle ? ». L’ADFH présente à l’appui de sa déclaration des copie d’articles du quotidien.

LGBT
(illustration. Photo Anete Lucina Pexels)

De son côté, l’association des journalistes LGBTI, l’AJL, condamne « cette une choquante et dangereuse ». L’association précise : « L’homosexualité n’est pas la pédophilie. Un flou nauséabond est entretenu soit par ignorance, soit par gayphobie, souvent pour fragiliser les revendications des associations LGBTI ». Enfin, elle rappelle l’existence de son kit à destinations de ses confrères et consoeurs sur le bon usage du traitement de l’information.

L’association Sos homophobie réagit également en trouvant choquant l’amalgame entre l’homosexualité et ce crime.

Le rôle des médias dans la lutte contre les discriminations

En première ligne, les association LGBT de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane, et des Caraïbes dénoncent naturellement cette une. Elles jugent cet amalgame irresponsable et inadmissible. Elles déclarent : « Faut-il encore, en 2021, rappeler que la pédophilie est un crime passible de prison, alors que l’homosexualité est une orientation sexuelle qui concerne des dizaines de milliers d’antillais·es. » Et d’ajouter : « les personnes LGBT subissent des agressions, des tentatives de meurtres, du harcèlement scolaire. Elles sont expulsées de chez leurs parents pour le seul motif de leur orientation amoureuse. » (notamment les associations KapCaraibe et Kaz-Avenir)

Par ailleurs, Gabriel Serville, député de la 1ère circonscription de Guyanne, se dit choqué sur son compte twitter. Il a rappelé le rôle des médias dans la lutte contre les discriminations en rappelant un rapport d’information à l’Assemblée Nationale. « Le tabou portant sur l’homosexualité en particulier en Outre‑mer ne saurait être anodin. L’ignorance qu’il génère peut nourrir des associations scandaleuses entre homosexualité et pédophilie (…) Mais il entretient surtout une négation de l’altérité et de la diversité des identités sexuelles et nourrit, en ce sens, des formes insidieuses d’homophobie.”

Mariage LGBT
(illustration. Photo Kate Gettyimages Canva)

En parallèle, Frédéric Potier, le délégué interministériel à la lutte contre les discriminations (Dilcrah), interpelle le directeur du journal en condamnant cet amalgame avec la pédophilie. « Il serait souhaitable qu’une publication aussi reconnue que France-Antilles puisse participer à faire reculer des préjugés homophobes et non pas à les entretenir » écrit-il.

De froides excuses

Au final, le quotidien de la Guadeloupe France-Antilles présentera ses excuses aux lecteurs. Mais des excuses particulièrement timides.

Dans un communiqué, le journal écrit : « La Une de notre quotidien France-Antilles Guadeloupe de ce mercredi 3 février suscite une vive émotion et de violentes critiques. Nous adressons nos excuses à tous ceux qui sont choqués par ce titre. Cet article et ce titre relataient de faits pédophiles abjects et ne visaient en aucun cas à faire l’amalgame entre une orientation sexuelle et un crime. Jamais notre journal n’a stigmatisé et ne stigmatisera des personnes pour leur orientation sexuelle, leur origine, leur religion, leurs opinions…
Nos colonnes sont ouvertes à tous et nos rédactions continueront à oeuvrer pour lutter contre toutes formes de discriminations. »

Sur les réseaux sociaux et notamment la page facebook du quotidien, de nombreux lecteurs jugent ces excuses comme légères. Le quotidien ne fait pas de réels efforts en explications. Un internaute suggère que cette affaire mériterait « un article plus concret sur les problèmes LGBT qui existent encore aux Antilles et ailleurs ».

En conclusion, cette « une » laissera sans doute des traces dans la vie de quelques personnes LGBT. Un regard différent, encore une fois. Les associations de défenses des droits LGBT aux Antilles n’excluent pas de porter plainte contre le journal.

Dernièrement

Angers : appel à témoin de l’association Quazar après une agression homophobe

Suite à une agression homophobe avec violence, vol et menace, l'association LGBT Quazar lance un appel à témoins mais aussi à la prudence.

Sainte-Consorce près de Lyon, des collégiens sensibilisés à l’homophobie

À Sainte-Consorce, à l'ouest de Lyon, des collégiens formés aux métiers du paysage sont sensibilisés aux discriminations par des animations et saynètes,...

Lyon, guet-apens sur un site de rencontre : deux individus arrêtés et condamnés pour agression

Près de Lyon à St-Priest, deux hommes agressent deux homosexuels pris au piège : violences, extorsion, propos homophobes... ils sont arrêtés.

À St-Brieuc, avec Claude, les séniors LGBT ont leur association

Claude Perquin affiche fièrement son association GreyPride. Les Côtes d'Armor et plus spécialement St-Brieuc, doivent compter avec les seniors LGBT.

Actualité LGBT+ en régions

Angers : appel à témoin de l’association Quazar après une agression homophobe

Suite à une agression homophobe avec violence, vol et menace, l'association LGBT Quazar lance un appel à témoins mais aussi à la prudence.

Sainte-Consorce près de Lyon, des collégiens sensibilisés à l’homophobie

À Sainte-Consorce, à l'ouest de Lyon, des collégiens formés aux métiers du paysage sont sensibilisés aux discriminations par des animations et saynètes,...

Lyon, guet-apens sur un site de rencontre : deux individus arrêtés et condamnés pour agression

Près de Lyon à St-Priest, deux hommes agressent deux homosexuels pris au piège : violences, extorsion, propos homophobes... ils sont arrêtés.