L'Actu Lgbt en Régions

Drôme : l’association Progressistes LGBT+ s’étend en régions

L‘association Progressistes LGBT+ s’étend en régions. Cette association proche du parti présidentiel La République en Marche (LaREM) multiplie ses implantations locales. L’association installe un nouveau délégué dans la région Auvergne-Rhône Alpes dans la Drôme (Bourg-lès-Valence – près de Valence). (Revue de presse)

Romain Galati est le nouveau délégué local pour la Drôme et l'Ardèche
(la « une » de l’hebdomadaire Le Peuple Libre)

Ainsi, Romain Galati est le nouveau délégué local pour la Drôme et l’Ardèche. Son but : lutter lutter contre l’homophobie.

Modérés dans une démarche constructive

« L’objectif de l’association est de lutter contre l’homophobie et de militer pour l’égalité des droits. Mais, contrairement à d’autres associations existantes qui sont dans l’opposition frontale et la confrontation, nous sommes modérés. Nous prônons le dialogue et les démarches constructives «  explique Romain Galati à l’hebdomadaire Drôme Hebdo, Le Peuple Libre.

Pour l’association Progressistes LGBT+, c’est le 4ème délégué en France. La Région Auvergne- Rhône Alpes comptabilise déjà deux référents.

Progressistes LGBT+
(Twitter Romain Galati)

Pour mémoire, l’association des Progressistes LGBT+ est l’aboutissement de l’initiative « LGBT+ En Marche ». Ce mouvement lancé début 2017 par un collectif de militant·e·s LGBT+ a soutenu Emmanuel Macron dans le cadre des élections présidentielles. Aujourd’hui, ils continuent de le soutenir dans son mandat.

Une nouvelle étape est franchie en juin 2019 par la création de l’association.

Séminaire Progressistes LGBT+
(Crédit photo : facebook Progressistes LGBT+, séminaire EnMarche septembre 2020)

La difficile place des associations… politiques

Au final, Progressistes LGBT+ rejoint les rares associations à tendance politique. Il existe déjà GayLib (mouvement radical) et surtout HES (Homosexualité et Socialisme) proche du Parti Socialiste, la plus ancienne association de ce genre.

Néanmoins, ce type d’associations éprouve parfois des difficultés à s’imposer dans le paysage LGBT. Et plus encore, quand la sensibilité politique de l’association est au pouvoir.

Ainsi, lors de la Pride de 2017 à Paris, la présence d’En Marche LGBT n’avait pas été appréciée par tous les manifestants. Un petit groupe était venu interrompre le cortège pour protester contre la politique migratoire du gouvernement et la présence de deux ministres défavorables au mariage pour tous à leur époque.

Le dernier article

VIH – sida : l’épidémie face au Covid. Un décrochage dans la prévention

En pleine épidémie du Covid, les premiers chiffres de la lutte contre le VIH laissent entrevoir un relâchement inquiétant de la prévention

Dans la région

À Clermont-Ferrand, deux jeunes condamnés après avoir jeté des œufs sur les clients d’un bar gay

Deux jeunes de 19 et 20 ans condamnés par la justice pour avoir jeté des œufs et de la bière sur les clients d’un bar gay Le Marais

À Fontaine, près de Grenoble, des drapeaux LGBT s’élèvent à la mairie malgré le refus du maire

A Fontaine des élus de l'opposition affichent des drapeaux arc-en-ciel, à la Mairie malgré le refus du Maire...

À Lyon, une Pride sans mouvement

L'annulation de la Pride, Marche des Fiertés, à Lyon n'a pas empêché les LGBT de se réunir place Bellecour. Un peu plus de 500 personnes étaient présentes.