Arras : un médecin conseille à son patient de soigner son homosexualité !

Hauts-de-France, ArrasUne autre époque ? Non, pas du tout. Nous sommes bien en 2021. Nicolas, 25 ans, est encore sous le choc. Homosexuel, sa médecin traitante généraliste lui conseille de faire soigner son homosexualité. Pour cela, elle lui fait une lettre afin de prendre rendez-vous avec le Centre Médico-Psychologique pour en guérir. Un comportement homophobe qu’il a souhaité partager sur les réseaux sociaux et avec la presse locale.

twitter Mojo
(photo copie écran twitter @mojoboam)

Nicolas tient à un compte twitter depuis 2013 sous le nom de « Mojo » @mojoboam. Il possède 2700 abonnés et n’hésites pas à partager sa vie avec les internautes notamment sur les questions de santé comme le VIH. Avec de bons conseils, il est déjà intervenu dans un reportage sur M6 et sur la plateforme Seronet.

Dans un fil conducteur d’une vingtaine de messages sur son compte twitter, il partage sa mésaventure avec son médecin, une généraliste à Arras.

L’histoire…

La scène se déroule ce 5 février dans l’après-midi à Arras. Nicolas vit avec le VIH depuis 2014. Il éprouve parfois des difficultés à trouver un médecin. Il écrit : « Mon médecin précédent n’osait plus me toucher quand il a appris ma séropositivité. »

Mais cet après-midi, Nicolas évoque avec son médecin sa dépression liée au second confinement. Le courant ne passe pas très bien avec la médecin. « j’ai eu quelques rendez-vous avec elle au fil du temps. Elle était toujours très froide et sur la réserve face à moi, quelque chose clochait. Mais bref je me suis toujours contenté de dire mon problème et partir avec une ordonnance. »

Nicolas aurait aimé qu’elle lui prescrive quelque chose contre l’anxiété. Elle lui conseille un psychologue et lui fait directement un courrier pour le Centre Médico-Psychologique pour accélérer la prise de rendez-vous. À cet instant, elle ajoute que ça lui permettra de parler de son problème d’homosexualité. Nicolas pense avoir mal entendu. Il lui fait répéter. Le médecin, l’air presque soulagée, répond : « Ah, vous avez une copine ? ». Il lui dit que non, qu’il est bien homo et qu’il ne comprend pas le rapport. Un dialogue déconcertant s’en suit.

médecin
(illustration, photo indypendez)

Le médecin répond : « Ben c’est quand même un peu malsain. »
Nicolas : « 
Pardon ? »
Le médecin : « Votre mal être vient sûrement de la. »
Nicolas : « 
Eeeeuh qu’est-ce que vous êtes en train de me dire la ? »
Le médecin : « Ben c’est quand même pas très sain pour la société. Vous pourrez régler ce problème au centre. »

« guérir de l’homosexualité ? »

Nicolas est sidéré. Il quitte le cabinet du docteur. Il entends derrière lui « Ce n’était pas pour vous froisser. Bonne journée ».

À la suite de son témoignage, Nicolas a reçu de nombreux soutiens. Beaucoup ne comprennent pas comment en 2021, un médecin peut encore penser à « guérir » l’homosexualité.

Pour rappel, le 17 mai 1990, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a supprimé l’homosexualité de la liste des maladies mentales de sa classification. Cette date, le 17 mai, fut choisie pour la journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie.

Aujourd’hui Nicolas semble un peu abattu. « Encore une fois, je dois changer de médecin généraliste car je suis gay, quand c’est pas séropo. Comment peut-on faire confiance et confier sa santé à des gens comme ça ? ». Il se désole de ne pas pouvoir trouver un médecin à Arras. « Je commence a désespérer de trouver un médecin safe qui me traitra avec bienveillance ».

docteur
(illustration, photo Jorge Salmeron, GettyImages Canva)

Ordre des médecins saisis

Nicolas envisage d’alerter le Conseil de l’Ordre des médecins de cette situation. Un dépôt de plainte n’est pas à exclure. Néanmoins, les agissements de ce docteur pourraient être difficiles à prouver. En effet, la lettre écrite au Centre Médico-Psychologique ne mentionne pas explicitement les raisons de l’homosexualité du patient. L’essentiel étant oral. Il préfère « taire le nom du médecin pour éviter une attaque en diffamation » comme il le déclare dans le journal L’Avenir de l’Artois.

L’association locale à Arras, « Fiertés Pas-de-Calais » réagit sur son compte Facebook. Elle apporte son soutien à Nicolas et déplore qu’en « 2021, on considère encore l’homosexualité comme une maladie est invraisemblable. Et ne manquerons de réagir très prochainement ».

Sur France Bleu Nord, Nicolas déclare avoir vécu « un grand moment de solitude. On se retrouve seul face à ce médecin, on peut juste s’échapper, personne n’est là pour prendre notre défense. J’avais besoin d’en parler, je me sentais choqué et sidéré. »

Il s’est posé la question de savoir s’il en faisait trop. Mais loin de là, d’autres médecins ont réagi. Ils l’ont rassuré.

Dernièrement

Angers : appel à témoin de l’association Quazar après une agression homophobe

Suite à une agression homophobe avec violence, vol et menace, l'association LGBT Quazar lance un appel à témoins mais aussi à la prudence.

Sainte-Consorce près de Lyon, des collégiens sensibilisés à l’homophobie

À Sainte-Consorce, à l'ouest de Lyon, des collégiens formés aux métiers du paysage sont sensibilisés aux discriminations par des animations et saynètes,...

Lyon, guet-apens sur un site de rencontre : deux individus arrêtés et condamnés pour agression

Près de Lyon à St-Priest, deux hommes agressent deux homosexuels pris au piège : violences, extorsion, propos homophobes... ils sont arrêtés.

À St-Brieuc, avec Claude, les séniors LGBT ont leur association

Claude Perquin affiche fièrement son association GreyPride. Les Côtes d'Armor et plus spécialement St-Brieuc, doivent compter avec les seniors LGBT.

Actualité LGBT+ en régions

Angers : appel à témoin de l’association Quazar après une agression homophobe

Suite à une agression homophobe avec violence, vol et menace, l'association LGBT Quazar lance un appel à témoins mais aussi à la prudence.

Sainte-Consorce près de Lyon, des collégiens sensibilisés à l’homophobie

À Sainte-Consorce, à l'ouest de Lyon, des collégiens formés aux métiers du paysage sont sensibilisés aux discriminations par des animations et saynètes,...

Lyon, guet-apens sur un site de rencontre : deux individus arrêtés et condamnés pour agression

Près de Lyon à St-Priest, deux hommes agressent deux homosexuels pris au piège : violences, extorsion, propos homophobes... ils sont arrêtés.